NOUVELLES

Boulet maintient qu'elle ignorait l'objectif de 100 000 $, malgré ses collègues

15/05/2014 10:07 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Même après que des ministres l'eurent contredite publiquement mercredi, l'ancienne ministre libérale des Transports, Julie Boulet, a maintenu devant la Commission Charbonneau, jeudi, qu'elle ignorait l'objectif de financement de 100 000 $ qui était donné à chaque ministre du gouvernement Charest.

Elle a réitéré sa version énoncée la veille voulant qu'elle l'ait appris lorsque son collègue Norm McMillan l'avait dit publiquement en 2009.

Un tel objectif de 100 000 $ lui semblait «irréaliste», «irréalisable» et «impensable» pour une circonscription «pauvre» comme la sienne, celle de Laviolette, en Mauricie, a-t-elle soutenu.

Or, on a appris jeudi que pour cinq années sur 10, elle a été près de cet objectif ou l'a même dépassé, particulièrement lorsqu'elle était aux Transports. Les dons ont subitement chuté lorsqu'elle est devenue ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Ainsi, elle avait réussi à amasser 130 000 $ en 2007, quand elle était aux Transports, 134 000 $ en 2008, puis 125 000 $ en 2009. Tout d'un coup, en 2010, elle n'a recueilli que la moitié, soit 63 000 $. Elle a quitté les Transports pour l'Emploi et la Solidarité sociale en août 2010.

La procureure chef Sonia LeBel lui a souligné que les ministres Sam Hamad et Christine St-Pierre, notamment, avaient affirmé que cet objectif de 100 000 $ était bien connu, et que l'actuel premier ministre Philippe Couillard avait dit en 2012 _ avant qu'il soit élu _ qu'un tel objectif de financement n'avait pas été une bonne idée.

Mais Mme Boulet a répété ne pas se souvenir qu'on lui ait demandé de recueillir une telle somme.

Mme Boulet a signalé que le ministre Pierre Moreau _ également un ancien ministre des Transports _ a aussi affirmé qu'il ignorait cet objectif de financement.

Fait à noter, Mme Boulet avait appuyé M. Moreau dans la dernière course au leadership du Parti libéral, qui a vu Philippe Couillard être élu chef du PLQ.

Fonctionnaires contredits

Par ailleurs, Mme Boulet a contredit des témoins fonctionnaires de son ministère, niant avoir choisi des projets parmi une liste de projets proposés à l'automne. «Je n'ai en aucun temps substitué un projet à un autre ou dit 'faites celui-là à la place de celui-là'», a-t-elle assuré.

Des témoins avaient indiqué à la commission d'enquête qu'en plus de la programmation annuelle, il existait une programmation d'automne permettant de réaliser certains projets en fin de saison, avant le début de l'hiver. Les fonctionnaires proposaient alors une liste de projets au cabinet de la ministre, qui choisissait dans le lot. L'un d'entre eux avait même rapporté que si la première liste soumise au cabinet ne plaisait pas, il en exigeait une seconde.

Mme Boulet a affirmé qu'elle ne se rappelait pas avoir fait ce genre d'intervention et que ce sont les fonctionnaires qui désignaient des projets correspondant à l'enveloppe budgétaire dont ils disposaient. Tout au plus a-t-elle concédé avoir demandé d'ajouter un projet de route, mais pour des raisons de sécurité.

Son témoignage a pris fin après le contre-interrogatoire de l'avocat du Parti libéral, Me Michel Décary. Il lui a fait préciser que même les années où elle n'atteignait pas cet objectif de financement _ qu'elle ignorait _, aucun responsable du financement ne lui en faisait reproche.

Il lui a aussi fait préciser le nom des personnes qui s'occupaient à sa place de son financement, de l'organisation de sa campagne électorale dans Laviolette et de ses dépenses électorales.

PLUS:pc