NOUVELLES

Un Arabe israélien poursuivi pour avoir participé au "jihad" en Syrie

14/05/2014 11:02 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Un jeune Arabe israélien a comparu mercredi devant un tribunal israélien pour s'être engagé dans les rangs d'un groupe jihadiste ultra-radical en Syrie, ont annoncé des responsables israéliens du renseignement et de la Justice.

Ahmad Chourbaji, 23 ans, originaire d'Oumm el-Fahem, nord d'Israël, avait rejoint la Syrie via la Turquie le 16 janvier avec trois autres compatriotes, selon l'acte d'accusation devant le tribunal de Haïfa.

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieure, a précisé que le suspect avait été arrêté le 20 avril, à son retour en Israël.

Ahmad Chourbaji a admis au cours de l'enquête qu'il s'était bien rendu en Syrie pour combattre les forces du régime aux côtés de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), "l'un des groupes du jihad mondial les plus radicaux actuellement en Syrie", a ajouté le Shin Beth dans un communiqué.

Parmi les chefs d'accusation retenus figurent les entraînements militaires illégaux et le séjour illégal dans un pays ennemi.

Autrefois alliés contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, l'EIIL et les formations rebelles se livrent depuis des mois à une guerre sans merci dans le nord de la Syrie où le groupe ultra-radical est accusé des pires atrocités et de volonté hégémonique.

"Le phénomène des Arabes israéliens rejoignant la Syrie représente un grand danger pour la sécurité d'Israël", s'est inquiété le Shin Beth, craignant que des combattants arabes israéliens ne communiquent des informations sensibles sur Israël aux jihadistes en Syrie qui pourraient ensuite les utiliser pour des "opérations terroristes".

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Il occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qu'il a annexés, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

La communauté des Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création d'Israël en 1948, compte aujourd'hui plus de 1,4 million de personnes, soit 20% de la population totale. Elle souffre de discriminations, notamment en matière d'emploi et de logement.

jjm-dar/sst/feb

PLUS:hp