NOUVELLES

Soudan du Sud: l'UE menace de sanctions si l'accord de paix n'est pas appliqué

14/05/2014 11:59 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

L'Union européenne a menacé mercredi de prendre des sanctions ciblées contre des responsables du Soudan du Sud si l'accord signé le 9 mai entre les deux camps rivaux n'était pas respecté.

"Les sanctions sont prêtes. Elles pourront être adoptées si la situation l'imposait", a déclaré Alexander Rondos, le Représentant spécial de l'UE pour la Corne de l'Afrique, devant la presse à Bruxelles.

"Nous allons regarder attentivement comment est respecté l'accord" et "devons maintenir la pression internationale", a-t-il ajouté.

Les noms des personnes qui pourraient être ciblées par un gel des avoirs et une interdiction de voyage dans l'UE n'ont pas été dévoilés. Mais les premières sanctions pourraient viser des chefs militaires jugés responsables de combats ou de massacres contre des civils sur une base ethnique.

Les Etats-Unis ont annoncé la semaine dernière, avant l'accord, leurs premières sanctions qui visent deux leaders militaires, l'un issu des forces gouvernementales, l'autre de la rébellion.

M. Rondos a souhaité un déploiement rapide de soldats africains chargé de la surveillance de la mise en oeuvre de l'accord de paix.

Cet accord a été signé par le président Salva Kiir et son rival l'ex-vice président Riek Machar, mais leurs camps se sont depuis accusés d'avoir repris les combats.

M. Rondos a par ailleurs jugé "presque inévitable" qu'une catastrophe humanitaire, "provoquée par l'homme", ne se produise en raison de l'aggravation de la situation ces derniers mois.

"Nous ne pouvons pas encore parler de famine" mais "le risque est grand" qu'elle survienne "dans la seconde partie de l'année", a précisé le directeur des opérations d'aide de l'UE (Echo), Jean-Louis De Brouwer. 6,9 des 12 millions d'habitants du pays le plus jeune au monde se trouvent dans une situation d'insécurité alimentaire, dont 3,7 millions au stade le plus sévère, selon lui.

L'UE a jusqu'à présent consacré plus de 130 millions d'euros à l'aide humanitaire depuis le début de l'année et est prête à accroître encore son soutien afin d'éviter une catastrophe majeure, ont indiqué les deux responsables.

jri/aje/cgu

PLUS:hp