NOUVELLES

Le Pakistan ordonne le renvoi des deux seuls correspondants indiens

14/05/2014 08:04 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Le Pakistan a ordonné le renvoi des deux seuls correspondants indiens basés au pays en refusant de renouveler leur visa sans en fournir les raisons, ont indiqué mercredi des responsables.

Meena Memon, du grand quotidien The Hindu, et Snehesh Alex Philip, de l'agence Press Trust of India (PTI), ont reçu chacun une lettre mardi leur demandant de quitter le territoire pakistanais d'ici le 20 mai prochain.

Les deux journalistes étaient établis au Pakistan depuis moins d'un an et les autorités n'ont pas précisé les raisons de leur renvoi.

"Les deux journalistes indiens basés à Islamabad doivent quitter d'ici le 20 mai. Leurs visas ont expiré et ils ne seront pas renouvelés", a simplement indiqué à l'AFP un responsable au ministère pakistanais de l'Information requérant l'anonymat.

"C'est une décision unilatérale, absolument aucune raison nous été donnée", a regretté, auprès de l'AFP, M.K. Razdan, éditeur en chef et PDG de l'agence PTI.

Cette mesure intervient quelques jours à peine avant l'annonce des résultats des élections législatives en Inde, un scrutin qui pourrait porter au pouvoir le Bharatiya Janata Party (BJP), formation nationaliste hindoue de Narendra Modi.

L'Inde et le Pakistan se sont affrontés à trois reprises depuis leur indépendance concomitante des Indes britanniques en 1947.

Les deux puissances nucléaires rivales avaient paraphé dans les années 80 un accord permettant à un nombre restreint de journalistes de travailler des deux côtés de la frontière. Mais aucun journaliste pakistanais n'est établi à New Delhi depuis 2010.

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, au pouvoir depuis juin dernier, avait promis d'améliorer les relations avec l'Inde, mais plusieurs au Pakistan ne cachent pas leur crainte de voir les nationalistes hindous reprendre le pouvoir à New Delhi.

Le Pakistan avait par ailleurs ordonné l'expulsion l'an dernier, quelques jours seulement avant l'élection ayant porté au pouvoir M. Sharif, du correspondant du New York Times, Declan Walsh.

pdw-bur/gl/fw

PLUS:hp