POLITIQUE

Commission Charbonneau: «Je n'ai jamais fait de financement politique», dit la députée Julie Boulet

14/05/2014 09:41 EDT | Actualisé 14/05/2014 09:41 EDT
CEIC

L'ex-ministre libérale des Transports Julie Boulet affirme ne s'être jamais mêlée de financement et soutient qu'elle ignorait tout de l'objectif de 100 000 $ par ministre, révélé en 2009 par son ministre délégué Norman MacMillan. Elle affirme sinon n'avoir jamais attribué de contrats à des entreprises en fonction de leurs dons au PLQ.

Un texte de Bernard Leduc

« Je n'ai jamais fait de financement, je n'ai jamais vendu un seul billet pour un seul cocktail. Jamais je n'ai téléphoné à quiconque pour avoir des sous (...) et je n'ai jamais contacté personnellement une entreprise pour venir à un événement », a soutenu Mme Boulet, qui fut ministre déléguée aux Transports sous Jean Charest de 2003 à 2008, puis ministre en titre jusqu'en 2010.

La députée de Laviolette, qui s'est présentée d'entrée de jeu comme une femme « travaillante, honnête et rigoureuse », a ajouté ne s'être jamais intéressée à savoir, avant les événements de financement, qui y serait présent, ou encore combien chacun donnait.

Le financement local était sous la responsabilité de ses attachés politiques Amina Chaffaï et Guy Éthier, qui organisaient les cocktails annuels dans sa région, à Grand-Mère et à La Tuque.

Parmi les invités se trouvaient notamment les représentants des principales entreprises de pavage de la région, comme Maskimo, pavage Portneuf, Continental, Boisvert, ainsi que des maires, des avocats, des architectes et divers entrepreneurs qui, estime-t-elle encore, contribuaient au parti à titre personnel.

L'ex-ministre responsable de la Mauricie a aussi expliqué qu'outre ces cocktails, il y a eu trois activités de financement à 1000 $ par invité à son profit à Québec et à Montréal, organisées cette fois par Marcel Leblanc et Serge Marcil. Elle a cependant éprouvé quelques difficultés à se rappeler qui s'y retrouvait, mais reconnaît qu'il y avait des entrepreneurs en pavage.

La députée libérale soutient n'avoir appris qu'en décembre 2009, à la suite des déclarations de son ministre délégué aux Transports rapportées alors par Radio-Canada, que les ministres du gouvernement de Jean Charest avaient chacun un objectif de financement de 100 000 $. Elle a cependant reconnu, mais seulement au termes de questions croisées de la commissaire Charbonneau et de la procureure Sonia LeBel, savoir que les députés avaient eux aussi des objectifs.

« Le 100 000 $, je l'ai appris quand M. MacMillan l'a annoncé publiquement. »

— Julie Boulet

Mme Boulet a ajouté que c'est encore plus tard, dans le cadre de ses rencontres avec les enquêteurs de la commission Charbonneau, qu'elle s'est enquise des sommes amassées dans sa circonscription.

Elle a alors constaté avoir ainsi amassé à son insu, pendant trois ans, ces fameux 100 000 $, contre 35 000 $ les dernières années. Elle explique notamment cette différence par les apports des cocktails tenus à Montréal et Québec ainsi que par la part qui lui revenait du tournoi de golf annuel de Jean Charest, où se rendaient les donateurs de sa circonscription.

Elle dit avoir appris cette dernière information de Mme Chaffaï, longtemps impliquée dans les campagnes de Jean Chrétien, dont elle a chaudement vanté le travail, précisant qu'elle ne s'occupait de « rien en lien avec le MTQ ».

« Jamais on m'a fait pression ou on m'a dit : "il faut que tu fasses d'autres activités de financement, t'atteins pas tes objectifs". »

— Julie Boulet

L'ex-ministre n'a par ailleurs aucun souvenir d'une rencontre qui aurait eu lieu entre les ministres de Jean Charest, la responsable du financement Violette Trépanier et le grand argentier du parti Marc Bibeau où leurs objectifs de financement auraient été discutés.

Aucun lien entre le financement et l'octroi de contrats, dit Boulet

L'ex-ministre des Transports refuse de tirer des conclusions sur les intentions des entrepreneurs qui, année après année, venaient à ses cocktails. Elle ajoute cependant avoir toujours su, malgré ce qu'elle a dit aux médias dans le passé, que les entreprises ne pouvaient pas faire du financement politique.

« Mais qu'ils soient là ou non, ça ne changeait rien à mes décisions au ministère des Transports », a-t-elle répété par deux fois. « Ce n'est pas parce que quelqu'un va avoir donné quelque chose qu'il va avoir plus de droit ».

« Moi, comme ministre, ça n'a jamais fait de différence. »

— Julie Boulet

Mme Boulet a assuré que lors de son passage aux Transports, tous les contrats attribués sans appel d'offres - dit tarifés - l'ont été en fonction des besoins routiers, et jamais pour récompenser une entreprise. Mais elle reconnaît cependant que donner des contrats à des entreprises ayant financé le PLQ peut donner une apparence de favoritisme.

Répliquant au témoignage de Louis Marchand devant la commission Charbonneau, l'ex-ministre a ajouté n'avoir jamais donné de directive pour priver son entreprise de contrats.

Elle soutient même avoir, de fait, octroyé un tarifé en 2007 à Maskimo par souci d'équité, afin de compenser le grand nombre de contrats qu'avaient ses compétiteurs.

M. Marchand avait dit à la commission avoir vu la source des contrats tarifés se tarir après sa décision de ne plus financer le PLQ en 2009, sans jamais avoir dit qu'il s'agissait d'une directive de Mme Boulet.

Mme Boulet a par ailleurs nié que son appel téléphonique en 2004 à Louis Marchand de Maskimo ait eu pour but de lui dire sa déception face à son refus de participer à son cocktail de financement, comme l'a soutenu devant la commission l'entrepreneur en pavage. M. Marchand avait sinon dit avoir participé à plusieurs cocktails au bénéfice de cette dernière.

Mme Boulet a expliqué que, durant les années où elle a été ministre déléguée aux Transports, elle a été confrontée aux nombreuses sollicitations de délégations de députés de tous les partis, de maires de région et d'entrepreneurs en transport qui sollicitaient des investissements « pour des projets qui leur semblaient importants ».

L'ex-ministre a cependant précisé que ce sont les fonctionnaires du MTQ qui avaient le mot final sur les projets qui devaient être faits et a ajouté n'avoir jamais été à l'encontre de leur expertise.

Elle a d'ailleurs tenu à corriger la perception que certains témoignages ont pu laisser sur le MTQ en décrivant ses fonctionnaires comme des gens dédiés, et dévoués, en qui elle avait totalement confiance : « normalement, je me fiais au gens du ministère ».

Lorsque Julie Boulet rencontre Marc Bibeau pour rien...

Interrogée par la procureure en chef Sonia LeBel, Mme Boulet a admis avoir eu une brève rencontre avec Marc Bibeau, à la demande de Violette Trépanier, au sujet d'un appel d'offres que sa compagnie Shockbéton n'avait pas obtenu.

L'ex-ministre des Transports soutient cependant qu'il n'a pas été alors question de financement politique, tout en insistant ne pas se rappeler, en fait ce dont ils ont discutés.

« Je ne peux pas vous en dire plus : je ne me rappelle pas du tout c'était quoi... (...) J'y ai été par politesse », a-t-elle soutenu, se rappelant du moins ne pas lui avoir alors donné d'information privilégiée.

Le témoignage troublant de Louis Marchand

Le nom de Mme Boulet s'est retrouvé au cœur du témoignage du propriétaire de Maskimo, Louis Marchand. L'entrepreneur en asphalte de la Mauricie avait dénoncé devant la commission l'influence des politiciens dans l'octroi des contrats d'asphaltage attribués sans appel d'offres par le ministère des Transports.

Selon M. Marchand, ces fameux contrats dits tarifés servaient de monnaie politique en échange de financement aux partis.

« Comme dans tout, il n'y a rien de clair à 100 %, mais c'est comme ça que ça fonctionnait », a soutenu M. Marchand, soulignant qu'un appel au politique pour déplorer le manque de contrats se traduisait ensuite par une demande de financement. « C'est l'œuf ou la poule », a-t-il illustré, soulignant que ça se passait de la même façon tant sous les péquistes que les libéraux.

M. Marchand a soutenu avoir décidé de rompre avec cette pratique à son arrivée à la tête de l'entreprise familiale en 2009, rompant du coup toute relation avec la classe politique, au premier chef le bureau de la ministre Boulet.

« [Avant], quand on avait des problèmes, a-t-il expliqué, on pouvait contacter un politicien, on pouvait contacter quelqu'un pour expliquer notre problématique. Maintenant, on ne contacte plus personne, parce qu'on sait qu'on va être rappelé pour financer, et la roue va repartir. Alors on essaie de régler nos problèmes nous autres même. »

Cette décision, soupçonne-t-il, explique pourquoi une carrière de sable qu'il souhaite exploiter depuis 2007-2008 dans la région de La Tuque n'a toujours pas reçu le feu vert du gouvernement. Maskimo poursuit d'ailleurs le ministère des Transports du Québec dans ce dossier.

Des billets de hockey de Borsellino

L'ex-ministre Julie Boulet a reconnu avoir reçu des bouteilles de vin d'entrepreneurs, mais soutient n'avoir jamais reçu d'eux des billets de hockey.

La commission a alors fait jouer une conversation d'avril 2008 entre l'ex-président de la FTQ-Construction Jocelyn Dupuis et l'ex-président de Garnier Construction, Joe Borsellino, dans laquelle ce dernier soutient avoir donné à la ministre quatre billets de hockey.

Après avoir nié, Mme Boulet a alors émis l'hypothèse qu'il s'agit peut-être de billets que lui avait donnés le député libéral Tony Tomassi - un proche de M. Borsellino - et qui ont été utilisés par son mari et son fils.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref