NOUVELLES

Al-Jazeera diffuse une vidéo de son reporter détenu en Egypte

14/05/2014 04:17 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Al-Jazeera a diffusé mercredi une vidéo de son journaliste détenu depuis neuf mois en Egypte et en grève de la faim dans laquelle il dit tenir les autorités pour responsables en cas de grave dégradation de sa santé.

Arrêté le 14 août, alors qu'il couvrait pour la chaîne du Qatar la dispersion sanglante de partisans du président islamiste destitué Mohamed Morsi, Abdallah ElShamy a entamé en janvier une grève de la faim pour protester contre son maintien en détention alors qu'aucune date n'a encore été fixée pour son procès.

"J'enregistre cette vidéo après 106 jours de grève de la faim (...) je n'ai reçu aucun traitement médical en prison et si quoi que ce soit devait m'arriver, si ma santé lâchait ou si ma sécurité était mise en danger, j'en tiens le régime égyptien pour responsable", affirme M. ElShamy sur ces images visiblement tournées dans une cellule. Il apparaît vêtu de la tenue blanche des prisonniers, le visage émacié et les yeux creusés et brillants.

Il a depuis été transféré et sa famille, comme Al-Jazeera, affirme être sans nouvelle de lui et ne pas savoir où il se trouve désormais.

"La meilleure chose à faire pour les autorités est de le libérer et de mettre un terme à ses neuf mois d'épreuve. Abdallah est journaliste et le journalisme n'est pas un crime", a estimé la chaîne.

Mardi, son frère Mossaab avait affirmé à l'AFP que le reporter avait perdu "40 kg" et souffrait d'"anémie, d'un début d'insuffisance rénale, d'hypoglycémie et d'une tension artérielle basse".

Interrogé sur les analyses sanguines de M. ElShamy dont l'AFP a obtenu une copie, un médecin a estimé que ces résulats ne "mettent pas sa vie en danger dans l'immédiat mais pourraient être fatals s'il poursuit sa grève de la faim sans recevoir de traitement".

L'Egypte et le Qatar sont à couteaux tirés depuis la destitution de M. Morsi. Le Caire reproche à Doha de soutenir les islamistes, en particulier via Al-Jazeera, tandis que Doha dénonce la répression des pro-Morsi --1.400 morts, 15.000 arrestations selon des ONG. L'antenne égyptienne de la chaîne satellitaire qatarie a en outre été fermée.

Dans une autre affaire, trois journalistes, de l'antenne anglophone d'Al-Jazeera, sont actuellement jugés au Caire: l'Australien Peter Greste, l'Egypto-canadien Mohamed Fadel Fahmy et l'Egyptien Baher Mohamed, détenus depuis fin décembre.

Leur procès pour soutien aux islamistes, aux côtés de 17 co-accusés, a déclenché un tollé international et doit reprendre jeudi.

ht-jds/sbh/rhl

PLUS:hp