NOUVELLES

Wall Street: l'indice élargi S&P 500 dépasse les 1.900 points pour la première fois

13/05/2014 10:01 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

L'indice élargi Standard & Poor's 500, le plus suivi par les investisseurs institutionnels à Wall Street, a dépassé mardi matin le seuil psychologique des 1.900 points pour la première fois de son histoire.

Vers 14H10 GMT, l'indice S&P 500 s'appréciait de 0,19%, soit 3,68 points, à 1.900,33 points, après s'être hissé jusqu'à 1.900,82 points moins d'une demi-heure après l'ouverture du marché.

Il avait battu la veille un nouveau record historique en clôture, à 1.896,65 points, tout comme le Dow Jones Industrial Average, autre valeur vedette de la Bourse de New York, qui avait grimpé jusqu'à 16.695,47 points.

Le Dow Jones s'adjugeait 33,84 points, à 16.629,31 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 5,44 points à 4.149,30 points.

Qu'importe l'Ukraine, les inquiétudes sur le ralentissement chinois et les soupçons de survalorisation de certains grands noms du Nasdaq, "le marché trouve toujours un moyen de dépasser ses peurs, et c'est ce qu'il est en train de faire à l'instant", a commenté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

Forte des sommets atteints la veille, la place new-yorkaise poursuivait ainsi sa course vers des niveaux jamais atteints auparavant, en dépit d'indicateurs mitigés mardi.

Dans le secteur très surveillé de la consommation américaine, les ventes au détail n'ont augmenté en avril que de 0,1% par rapport à mars, contre une progression de 0,3% attendue en moyenne par les analystes. Les ventes du mois précédent ont toutefois été révisées en hausse à 1,5% au lieu de 1,1% initialement estimé.

L'optimisme était cependant de mise au sein des petites entreprises, l'indice publié par la Fédération nationale des entreprises indépendantes (National Federation of Independent Businesses) atteignant en mai 95,2, un plus haut depuis 2007.

Les prix des produits importés aux Etats-Unis ont eux accusé une baisse en avril après quatre mois de hausse. Sans les prix du secteur énergétique, les prix à l'importation étaient toutefois stables.

Les stocks des entreprises manufacturières et de distribution aux Etats-Unis ont augmenté conformément aux attentes des analystes en mars.

Du côté de la zone euro, les opérateurs prenaient aussi acte de la très nette dégradation du moral des investisseurs en Allemagne en mai, mesuré par le baromètre mensuel ZEW, même si les analystes n'y voyaient pas de menace pour la croissance.

Le marché obligataire progressait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,622% contre 2,656% lundi et celui à 30 ans à 3,457% contre 3,492% à la précédente clôture.

ppa/lo/rap

PLUS:hp