NOUVELLES

Ukraine: l'empire du milliardaire Akhmetov contre les séparatistes pro-russes

13/05/2014 10:12 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

A Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, le calme est revenu mardi après plusieurs jours d'émeutes meurtrières entre pro-russes et forces ukrainiennes, en partie grâce à l'implication du milliardaire Rinat Akhmetov, l'homme fort de la région.

"Après les émeutes du 9 mai, qui ont fait 7 morts et 42 blessés, la population était effrayée, la police démoralisée. Il y avait beaucoup de pillages de magasins, de vols de voiture, le chaos, et le sentiment d'un vide du pouvoir... il fallait réagir", raconte Iouri Zintchenko, 39 ans, directeur de l'usine métallurgique Ilitch, premier employeur de la région et l'un des fleurons de l'empire industriel de Rinat Akhmetov.

La direction de l'usine Ilitch a alors décidé de mettre sur pied une milice non-armée, recrutée parmi ses quelque 30.000 employés, pour aider à restaurer l'ordre dans cette ville portuaire de 500.000 habitants, située sur les bords de la mer d'Azov.

"C'est tout à fait légal. Nos hommes patrouillent avec la police, ils ne portent pas d'armes. Cela fait deux jours que nous avons commencé et déjà, il n'y a plus de pillage et d'hommes armés en ville. La situation s'est nettement calmée", assure M. Zintchenko.

On croise en effet à Marioupol des groupes d'une dizaine d'hommes, reconnaissables à leur veste au nom de l'usine, accompagnés de quelques policiers.

Premier signe tangible d'une amélioration, les barricades qui avaient été érigées en ville par les séparatistes pro-russes ont aujourd'hui disparu, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Sur le même modèle, nous allons constituer des patrouilles dans d'autres villes de la région de Donetsk", où Rinat Akhmetov a des usines, assure M. Zintchenko.

L'usine Ilitch de M. Akhmetov aide aussi directement la police, en fournissant notamment du carburant aux policiers dont les locaux ont été incendiés pendant les émeutes.

"Nous aimons notre pays, nous sommes pour une Ukraine unie. Nous sommes des patriotes", déclare M. Zintchenko, alors que deux drapeaux ukrainiens flottent à côté de lui, devant le siège de l'administration de l'entreprise.

Rinat Akhmetov, l'homme le plus riche d'Ukraine, à la fortune estimée à plus de 11 milliards de dollars par Forbes, est une figure incontournable dans la vie économique et politique de la région.

Les cotisations de l'usine métallurgique Ilitch de Marioupol comptent à elles seules pour 25% du budget total de la région de Donetsk, l'une des deux régions de l'est du pays où les pro-russes ont proclamé dimanche leur indépendance.

Mais dans le conflit qui oppose Kiev aux séparatistes armés pro-russes, M. Akhmetov s'évertue à conserver une position aussi équilibrée que possible: s'il affiche son attachement à l'Ukraine unie et aide les autorités à restaurer l'ordre à Marioupol, il a aussi rencontré les dirigeants des insurgés pro-russes à Donetsk.

Soucieux de se poser en homme de paix, il a demandé aux autorités de Kiev de mettre fin à l'opération militaire destinée à reprendre le contrôle de l'est rebelle et appelé dans le même temps les pro-russes à renoncer à l'indépendance et à négocier avec Kiev.

L'avenir est incertain pour les régions de Donetsk et Lougansk, où est concentré une bonne partie de l'empire industriel de Rinat Akhmetov: séparation effective d'avec le reste de l'Ukraine, intégration à la Russie, comme le demandent les dirigeants pro-russes ?

Le journal La Voix du peuple, organe de la "République de Donetsk" des séparatistes pro-russes dénonçait les "vampires oligarques" et appelait la semaine dernière à "la fin du bantoustan oligarco-nazi" en Ukraine.

De quoi inquiéter Rinat Akhmetov, président du club de football Chakhtar Donetsk, dont les intérêts vont de la sidérurgie à l'énergie, de la banque à l'assurance, et qui représente pour beaucoup en Ukraine l'archétype de ces oligarques qui ont fait la pluie et le beau temps dans le pays depuis vingt ans après s'être enrichis rapidement dans des conditions opaques dans les premières années de l'indépendance.

nm/neo/lv

PLUS:hp