NOUVELLES

Nigeria: toutes les options sont sur la table pour retrouver les adolescentes

13/05/2014 09:23 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

ABUJA, Nigeria - Toutes les options sont sur la table pour retrouver les quelque 300 écolières kidnappées par le groupe Boko Haram le mois dernier, a indiqué mardi un dirigeant nigérian.

Des appareils américains ont d'ailleurs commencé à survoler ce pays d'Afrique de l'Ouest pour tenter de repérer les adolescentes.

Boko Haram a prévenu au cours des derniers jours que les filles et les jeunes femmes qu'il détient ne seront libérées qu'en retour de militants capturés et emprisonnés par le gouvernement.

Le Nigeria s'était tout d'abord refusé à toute négociation avec les terroristes, mais semble avoir quelque peu adouci sa position.

Le directeur de l'agence gouvernementale d'information, Mike Omeri, a indiqué que les responsables utiliseront tous les moyens disponibles pour libérer les jeunes femmes. Il a précisé qu'une opération militaire, avec une aide étrangère, est possible.

«En ce moment, parce que toutes les options sont sur la table, nous interagissons avec des experts, des experts militaires ou du renseignement provenant d'autres régions du monde, a dit M. Omeri en fin de journée lundi. Ça fait donc partie des options qui s'offrent à nous, et plusieurs autres.»

Le Canada, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Chine, Israël, l'Espagne et l'agence policière Interpol ont tous offert leur aide aux responsables nigérians.

La Maison-Blanche a révélé lundi qu'une trentaine d'employés du FBI et des départements d'État et de la Défense se trouvent au Nigeria. Les autorités américaines partagent aussi des images satellitaires commerciales avec le Nigeria, en plus de survoler le territoire nigérian avec différents appareils.

Les États-Unis pourraient aussi éventuellement utiliser des drones. Le directeur du Commandement des États-Unis en Afrique, le général David Rodriguez, se trouvait à Abuja mardi pour des rencontres à l'ambassade américaine.

Une vidéo rendue publique lundi par Boko Haram montrerait une centaine des filles manquantes. Leurs familles devaient voir ces images, mardi, pour tenter d'identifier les captives.

L'agence de presse officielle du Nigeria a indiqué mardi que le président Goodluck Jonathan a demandé à l'Assemblée nationale de prolonger de six mois l'état d'urgence dans l'État de Borno et dans deux autres États du nord-est du pays.

PLUS:pc