NOUVELLES

Mulcair défend l'emploi de fonds parlementaires pour l'embauche de travailleurs

13/05/2014 10:10 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le chef du NPD Thomas Mulcair insiste: son parti a respecté les règles en utilisant des fonds parlementaires pour payer le salaire d'employés travaillant dans ses bureaux montréalais.

M. Mulcair a affirmé mardi que cet arrangement avait été approuvé par le groupe de gestion du greffier de la Chambre des communes même si celui-ci ignorait que ces employés travaillaient à l'extérieur d'Ottawa.

Selon lui, le NPD a fait preuve d'une transparence complète avec la Chambre des communes.

Toutefois, des documents remis au Bureau de la régie interne, auquel siègent des membres des trois principaux partis politiques — lequel questionnera M. Mulcair à ce sujet, jeudi — semblent indiquer le contraire.

En octobre 2011, deux représentants du Service des finances et des Ressources humaines ont rencontré Jess Turk-Browne, à l'époque l'adjointe au chef de cabinet de la chef intérimaire du NPD, Nycole Turmel. Ils ont spécifiquement demandé où serait situé le lieu de travail de ces employés, peut-on lire dans le résumé transmis par la greffière Audrey O'Brien.

Mme Turk-Browne a alors confirmé que ces employés travailleraient à Ottawa.

Le comité de Régie interne a reçu le procès-verbal de la rencontre.

M. Mulcair a tenté de nier le contenu de ces documents ou même leur existence. Selon lui, les administrateurs de la Chambre des communes savaient que ces employés travaillaient à Montréal. «Les BlackBerries (fournis aux employés) avaient tous des adresses de Montréal. Les médias ont été invités à l'ouverture du bureau. (Les employés) avaient des numéros de téléphone de Montréal. Toutes les adresses étaient montréalaises», a-t-il dit.

Il a souligné que ces employés travaillaient «sous la direction d'Ottawa» et non «à Ottawa». Pour M. Mulcair, ils aidaient les députés dans leurs fonctions parlementaires et ne participaient à des activités partisanes.

Le NPD a aussi établi des bureaux semblables à Québec et à Toronto. Il était en train d'en installer un nouveau en Saskatchewan, là où il ne compte aucun député. Or, le mois dernier, le Bureau de régie interne a modifié les règles pour interdire à des employés payés par la Chambre des communes de travailler dans des locaux financés par un parti politique.

PLUS:pc