DIVERTISSEMENT

«Mirage», le film de Louis Morissette et Ricardo Trogi, sera tourné à l'automne

13/05/2014 04:45 EDT | Actualisé 13/05/2014 04:53 EDT
Agence QMI

Le tournage de Mirage, le prochain film de Ricardo Trogi, scénarisé par Louis Morissette, s’étendra de la fin août jusqu’en octobre.

C’est ce qu’a confié Ricardo Trogi lundi, entre deux prises de vue de la minisérie Le berceau des anges, destinée à Séries+, présentement en cours de production à Montréal.

L’histoire de Mirage s’articulera autour d’un homme qui entreprend une réflexion en profondeur sur son mode de vie, très axé sur la consommation. En plus de signer les textes, Louis Morissette incarnera le rôle principal.

«Ça parlera d’un type qui est pris dans les rouages de la consommation, a raconté Ricardo Trogi. Pas de la consommation de drogues, mais simplement de biens matériaux, et ce, à travers une vie de couple complexe. On montrera tout ce que le cocooning peut faire dans la tête d’un homme! C’est complètement contemporain. De quoi a-t-on vraiment besoin, dans la vie, pour être heureux, et qu’est-ce qu’on accumule inutilement? Et à quel moment se réveille-t-on? Mirage, c’est l’éveil d’un homme face au monde dans lequel on vit, à la surconsommation et l’effet que ça peut avoir dans une vie de couple et de famille.»

S’il est en mesure d’avancer que Mirage prendra l’affiche en 2015, Ricardo Trogi n’a pas osé dévoiler l’identité des comédiens qui entoureront Louis Morissette dans cette aventure.

«Pour l’instant, je ne peux pas donner de noms, parce que je ne suis pas sûr, a justifié le cinéaste. Sincèrement, je ne suis pas certain. J’ai fait des auditions en février; on avait trouvé les interprètes de trois personnages, mais tout peut encore changer, pour des questions de disponibilités.»

Télé versus cinéma

L’agenda de Ricardo Trogi est particulièrement bien rempli pour 2014. En plus de plancher sur Mirage, l’homme sera en campagne de promotion pendant une partie de l’été pour 1987, suite de 1981, qui prendra l’affiche le 8 août. Jean-Carl Boucher y personnifiera encore l’alter ego de Ricardo Trogi, qui a bien grandi depuis le premier long-métrage. Le garçon est maintenant âgé de 17 ans et aspire à un peu plus de liberté.

Mais pour l’instant, Trogi prend place derrière la caméra du Berceau des anges, une minisérie en cinq épisodes inspirée de faits réels, que Séries+ diffusera à l’hiver 2015. Écrite par Jacques Savoie, d’après une idée originale de la productrice Sylvie Roy, Le berceau des anges nous fera découvrir un pan sombre et méconnu de l’histoire du Québec. L’intrigue est campée dans les années 1950, alors que fait rage un trafic d’enfants illégitimes. À l’époque, des cliniques privées recrutaient des mères célibataires sans ressources en leur promettant un gîte et des soins de qualité pour leur poupon. Or, les bébés étaient ensuite vendus à de riches Américains, qui ignoraient tout de l’illégalité de cette pratique. Marianne Fortier, Sébastien Delorme, Isabelle Blais, Ève Duranceau et Gildor Roy, entre autres, se donnent la réplique dans ce drame policier.

Celui qui a aussi réalisé les séries Malenfant et Les étoiles filantes constate une énorme différence entre le fait de tourner pour le petit ou le grand écran.

«J’aime la télé, mais ça va vite, beaucoup plus qu’au cinéma, s’est enflammé Ricardo. À raison de trois fois plus vite, environ. On a moins de temps pour peaufiner et élaborer les scènes et les découpages techniques. On doit aller droit au but.»

«À la fin de mes journées, je suis plus fatigué. Au cinéma, on peut tourner deux scènes dans une journée, tandis qu’en télé, on en fait sept ou huit. Tous les réalisateurs savent que c’est plus difficile. Faire 10 prises pour une scène sur un plateau de télé, oublie ça! Ça bouleverse toute ta journée», a encore illustré Ricardo Trogi.

Les premiers tours de manivelle au tournage du Berceau des anges ont été donnés au début mai, et celui-ci durera 32 jours. Ne manquez pas notre reportage complet sur la minisérie, à lire dans quelques jours sur le Huffington Post Québec.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les films québécois de l'été 2014