NOUVELLES

Les sanctions de l'UE visent la procureure de Crimée, star au Japon, et les rebelles pro-russes

13/05/2014 08:27 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

Parmi les nouvelles personnalités sanctionnées par l'Union européenne figurent la procureure de Crimée, Natalia Poklonskaïa, adulée au Japon, ou encore Viatcheslav Ponomarev, maire autoproclamé de Slaviansk, bastion de l'insurrection pro-russe dans l'est de l'Ukraine.

Natalia Poklonskaïa est désormais interdite d'entrée dans l'UE et ses éventuels avoirs dans des banques européennes sont gelés.

La jeune femme, âgée de 34 ans, nommée fin mars procureure de la République de Crimée, était devenue la coqueluche des internautes japonais, chinois et coréens après la diffusion sur YouTube de sa conférence de presse qui a suivi sa nomination, visionnée 1,3 million de fois. Elle a inspiré des dizaines de "fan art", dessins inspirés des mangas.

Sur la liste des personnes sanctionnées par l'UE, figurent aussi des séparatistes pro-russes, comme Viatcheslav Ponomarev, le maire autoproclamé de Slaviansk, ou Roman Liaguine, rebelle séparatiste pro-russe qui a organisé un référendum sur l'indépendance de Donetsk dimanche, organisé en même temps qu'un deuxième scrutin à Lougansk (Est).

Les insurgés séparatistes qui ont organisé ces deux référendums, dénoncés comme "illégaux" par Kiev et les Occidentaux, ont sans surprise revendiqué un soutien populaire massif à leur projet avec 90% de oui à l'indépendance.

Les ministres européens des Affaires étrangères ont aussi inclus dans la liste des personnalités sanctionnées, Viatcheslav Volodine, chef-adjoint de l'administration présidentielle russe, et le général Vladimir Chamanov, une personnalité controversée -- Héros de Russie pour ses faits d'armes mais aussi accusé d'exactions par les ONG en Tchétchénie.

Selon l'UE, en tant que commandant des troupes parachutistes russes, M. Chamanov est responsable du déploiement des forces aériennes russes dans la péninsule ukrainienne de Crimée, rattachée par Moscou en mars au grand dam des Occidentaux.

Un autre haut responsable russe, Vladimir Pliguine, à l'origine de la législation ayant facilité l'incorporation de la Crimée dans le territoire russe, est aussi sanctionné par l'UE.

Ces ajouts portent à 61 au total le nombre de personnalités russes ou pro-russes sanctionnées par l'UE pour atteinte à la souveraineté de l'Ukraine. L'UE s'en tient pour l'instant à la "phase 2" des sanctions, celle des mesures ciblées consistant en une interdiction de visas et un gel des avoirs.

as-all/edy/abk

PLUS:hp