NOUVELLES

L'envoyé de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie Lakhdar Brahimi démissionne

13/05/2014 05:07 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

Lakhdar Brahimi a démissionné de son poste d'envoyé de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie après avoir essayé pendant près de deux ans de mettre un terme à la guerre civile qui aurait fait plus de 150 000 morts dans le pays, a annoncé le secrétaire général des Nations unies, mardi.

Ban Ki-moon a mis l'échec des pourparlers de paix sur le compte des parties en guerre, mais plus particulièrement sur celui du gouvernement syrien. Il a aussi blâmé le Conseil de sécurité de l'ONU, dont les membres sont profondément divisés au sujet du conflit en Syrie en raison de leur préférence pour l'un ou l'autre des deux camps.

M. Ban a promis de continuer à travailler pour ramener la paix en Syrie et a exhorté toutes les personnes concernées à réfléchir de nouveau à ce qu'elles pourraient faire pour redonner espoir au peuple syrien.

Le secrétaire général a précisé que M. Brahimi quitterait ses fonctions le 31 mai. Il a assuré qu'un successeur serait nommé, mais n'a pas dit quand.

Âgé de 80 ans, Lakhdar Brahimi est le deuxième envoyé de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie à donner sa démission sans avoir réussi à faire progresser le dialogue entre le régime du président Bachar el-Assad et ses adversaires.

Lorsqu'il a pris la relève de son ami de longue date, l'ex-secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, M. Brahimi avait reconnu que sa mission serait extrêmement compliquée et difficile.

Mardi, il a admis ne pas s'attendre à ce que la guerre syrienne ne se termine dans un futur proche. «Je suis sûre que la crise va prendre fin, mais la question est: combien de morts et de destruction faudra-t-il encore supporter avant que cela arrive?»

Le conflit syrien a commencé par des manifestations pour la plupart pacifiques contre le régime Assad en 2011. Il s'est toutefois transformé en guerre civile sanglante après que les opposants eurent pris les armes en réaction à la répression brutale du soulèvement par le gouvernement.

PLUS:pc