NOUVELLES

Joel Ward accepte de payer le prix et fait sentir sa présence au Mondial

13/05/2014 12:28 EDT | Actualisé 13/07/2014 05:12 EDT

MINSK, Bélarus - Joel Ward sait qui il est et qui il n'est pas.

«Je ne vais pas sauter sur la patinoire et tenter de faire ce que fait 'Ovi', a-t-il dit en parlant de son coéquipier des Capitals de Washington Alexander Ovechkin. Je sais ce que je fais. Ce n'est pas sorcier.»

Non, ce n'est pas sorcier: Ward n'est que le meilleur buteur d'Équipe Caanda au Championnat du monde de hockey. Avec trois buts, il partage même le premier rang à ce chapitre pour le tournoi et compte le même nombre de réussites que son célèbre coéquipier.

Ward n'a pas la détente, ni la précision d'Ovechkin, mais l'attaquant de 33 ans n'est pas le dernier venu non plus. Il a établi une marque personnelle avec 24 buts en 2013-14, ce qui lui a probablement permis une première participation sur la scène internationale.

«J'ai toujours cru en mes habiletés et je ne me suis jamais dit que je pourrais pas (connaître du succès), a déclaré le natif de Toronto. À ma première saison à Nashville, j'ai marqué 17 buts et j'avais un peu de temps de glace en avantage numérique, alors je savais que je pouvais marquer 20 buts dans la Ligue nationale de hockey. Il fallait juste trouver le bon endroit, la bonne atmosphère. Cette saison, j'étais dans un meilleur état d'esprit et ma confiance s'en est trouvée renouvelée.»

Ward donne le crédit à l'entraîneur-chef Adam Oates, qui l'a incité à changer la longueur et la courbe de la lame de son bâton, en plus de lui enseigner comment jouer devant le filet. Cela s'est traduit en 24 buts et 25 aides. Ses 49 points lui ont valu le troisième rang des marqueurs des Caps, derrière Ovechkin et le Suédois Nicklas Backstrom.

S'il n'a jamais été considéré pour représenter le Canada à Sotchi, il a été enchanté de recevoir le coup de fil pour Minsk.

«Quand j'ai reçu l'appel, j'ai dit que de participer au Mondial, c'était mes JO à moi. C'est la première fois que je porte le chandail du Canada. J'ai regardé le Canada toute ma vie, alors ce coup de fil m'a excité au plus haut point. Je tente d'en profiter au maximum.»

Jusqu'ici, il ne rate pas l'occasion.

Ward a marqué deux fois contre la Slovaquie et une autre contre la République tchèque. Ses trois buts et quatre points le placent au sommet des pointeurs du Canada, qui a une fiche de 2-0-1 et qui disputera son prochain match jeudi, contre le Danemark.

Ce que l'entraîneur Dave Tippett apprécie le plus du patineur de six pieds un, 221 livres, c'est qu'il marque le genre de but qui est nécessaire au hockey international.

«Il marque les buts difficiles, devant le filet à l'aide d'un lancer décoché rapidement, a expliqué Tippett. (...) Regardez d'où sont marqués nos buts présentement: la plupart le sont de là. Il est le genre de joueur qui s'y retrouve et qui y reste, même si ce n'est pas toujours joli. Il n'a pas peur de payer le prix pour marquer.»

Ward devrait continuer de compléter le quatrième trio d'Équipe Canada en compagnie de Jonathan Huberdeau et Sean Monahan pour le reste du tournoi, mais il pourrait aussi profiter de plus d'occasions en avantage numérique. Même si seulement six de ses 24 buts ont été réussis en pareilles occasions cette saison, Ward est persuadé que plus il joue, plus il ajoutera à son total.

«Vous êtes plus souvent sur la glace, n'est-ce pas? Alors forcément, vous obtiendrez plus d'occasions de marquer, a-t-il fait valoir. Si vous obtenez cette chance et que vous en profitez, alors c'est certain que vous en obtiendrez davantage, ça va de pair.»

PLUS:pc