NOUVELLES

Un projet de loi conservateur veut mieux protéger les chiens de la police

12/05/2014 06:34 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

EDMONTON - Le premier ministre Stephen Harper était à Edmonton, lundi, auprès d'équipes des unités canines, pour annoncer le dépôt d'un projet de Loi sur la justice pour les animaux, aussi appelée Loi de Quanto.

La proposition appelle à des pénalités plus sévères contre ceux qui s’en prennent aux animaux de la police, aux animaux aidants ou aux animaux des Forces armées canadiennes.

Quanto était un chien de la police d'Edmonton poignardé à mort en tentant d'intercepter un suspect en fuite en octobre dernier.

M. Harper a dit croire que lorsque ces chiens sont attaqués, il s'agit non seulement de la perte d'un «actif considérable» du service de police, mais aussi «une attaque plus large contre les services de police» qui assurent la protection du public. Il a souligné que des dizaines de milliers de dollars étaient investis dans la formation de ces chiens policiers.

M. Harper n'a pas répondu aux questions des médias lors de l'événement.

Le projet de loi, promis dans le discours du Trône de 2013, propose d’apporter au Code criminel des modifications qui créeraient une nouvelle infraction, de manière à interdire spécifiquement de blesser ou de tuer des animaux dressés travaillant pour la police, des personnes handicapées ou les Forces armées canadiennes.

Les personnes reconnues coupables d'avoir tué un chien policier pourraient se voir infliger une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison, avec une peine minimale obligatoire de six mois de prison.

L'homme qui a tué Quanto, Paul Joseph Vukmanich, a plaidé coupable plus tôt cette année de cruauté envers les animaux et d'autres infractions, dont d'avoir fui les autorités. Il s'est vu infliger 26 mois en prison.

PLUS:pc