POLITIQUE

Commission Charbonneau: Luc Berthold, ex-chef de cabinet de Julie Boulet, vante les mérites de son ancienne patronne

12/05/2014 10:26 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT
CEIC

EN DIRECT - L'ex-directeur de cabinet de l'ex-ministre déléguée aux Transports Julie Boulet entre 2004 et 2006 a vanté les mérites de son ancienne patronne devant la commission Charbonneau.

Un texte de Bernard Leduc Courriel et François Messier Twitter Courriel

Notre blogue en direct

L'ex-ministre déléguée, a expliqué Luc Berthold, s'impliquait dans tous les dossiers sous sa responsabilité. « C'était la ministre et c'était elle qui prenait les décisions : toutes les décisions », a-t-il affirmé.

M. Berthold a notamment expliqué qu'elle était « horripilée par les dépassements de coûts » dans les projets et demandait chaque fois les justificatifs à ses fonctionnaires avant de les autoriser.

L'ex-chef de cabinet de Mme Boulet reconnaît que la circonscription de cette dernière a su tirer profit de sa présence aux Transports et que les routes y sont mieux asphaltées.

Mais M. Berthold croit que c'est le cas de toute circonscription ayant bénéficié d'un ministre des Transports, puisqu'à son avis, les citoyens de ces comtés ont des attentes plus élevées en raison du portefeuille de leur député et font des pressions en conséquence.

M. Berthold s'est présenté comme ayant eu une connaissance assez sommaire de la façon dont se faisait le financement au parti. Il dit ne pas s'être lui-même occupé de telles activités, mais sait que Violette Trépanier était la responsable du financement du parti et avait aussi constaté une influence certaine de l'entrepreneur Marc Bibeau.

Sous Jean Charest, ce dernier aurait joué le rôle de grand argentier du PLQ et aurait été impliqué dans des questions d'organisation.

« Il était dans le cercle supérieur du parti, les gens qui prennent les décisions comme le directeur général, Mme Trépanier,... les gens qui font des réunions de direction stratégique au niveau du parti », a expliqué M. Berthold.

M. Berthold a une longue feuille de route au sein du Parti libéral du Québec (PLQ). Avant d'épauler Julie Boulet, il a notamment été attaché de presse de Nathalie Normandeau lorsqu'elle était ministre du Tourisme et des Régions, au sein du premier gouvernement de Jean Charest. 

Après avoir travaillé aux côtés de Mme Boulet, Luc Berthold a aussi été directeur des communications du PLQ, poste qu'il a finalement quitté en 2006 pour se présenter à la mairie de Thetford Mines. Il a finalement été élu à deux reprises, avant de se retirer, l'an dernier.

Le nom de Julie Boulet a rebondi à quelques reprises devant la commission la semaine dernière. L'ex-directeur du MTQ pour la région de la Mauricie-Centre-du-Québec, Claude Tremblay, a notamment décrit comment Mme Boulet l'avait appelé pour lui demander de trouver des projets d'asphaltage dans Maskinongé et La Tuque.

Cette demande avait été faite à la fin de l'été, un moment de l'année où le MTQ peut accorder des projets d'asphaltage sans appel d'offres, grâce à de l'argent qui avait été budgété, mais qui n'avait pas été dépensé. 

Cette histoire avait déjà été évoquée devant la commission par un autre ancien haut responsable du MTQ, Luc Bergeron, qui disait en avoir été témoin au moment où il remplaçait le sous-ministre adjoint aux Transports.

MM. Tremblay et Bergeron avaient indiqué que ces commandes devaient nécessairement bénéficier à l'entreprise qui était présente sur ces territoires désignés. Il s'agissait dans les deux cas de Pavages Maskimo.

M. Tremblay a aussi soutenu que le cabinet de Mme Boulet lui a déjà directement demandé de trouver un contrat d'asphaltage dans Laviolette.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref