NOUVELLES

Yémen: le bilan de l'attentat contre la police militaire monte à 11 morts

11/05/2014 07:03 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

Onze militaires ont été tués et six autres blessés dimanche dans un attentat suicide attribué à Al-Qaïda contre un camp de la police militaire à Moukalla, dans le sud-est du Yémen, selon un responsable militaire.

"Sept nouveaux corps ont été découverts sous les décombres", a déclaré ce responsable, révisant à la hausse un premier bilan de 4 morts et six blessés, ajoutant que "le kamikaze appartient à Al-Qaïda".

Selon lui, un civil a été également blessé lorsque ce kamikaze a fait détoner sa charge après avoir forcé la porte d'entrée du camp à Moukalla, chef-lieu de la province du Hadramout.

Des témoins ont dit avoir vu des ambulances évacuer les victimes du lieu de l'attentat, survenu alors que l'armée mène une offensive contre les combattants d'Al-Qaïda dans le sud du Yémen où le réseau extrémiste est actif.

Dimanche à l'aube, trois "terroristes" ont été tués, et un civil a perdu la vie, après une attaque contre un point de contrôle près du palais présidentiel à Sanaa, la deuxième en trois jours, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Les trois terroristes ont été abattus lorsqu'ils ont attaqué le point de contrôle au rond-point Misbahi", gardé par la garde présidentielle, à quelque 700 mètres à l'ouest du palais, a précisé le ministère. Un quatrième a été blessé.

Les assaillants ont lancé leur attaque vers 03H00 du matin (00H00 GMT), a indiqué à l'AFP une source des services de sécurité.

Vendredi, le même point de contrôle avait été la cible d'une attaque par des membres présumés d'Al-Qaïda, bien implanté dans le pays, qui ont tué cinq militaires et en ont capturé d'autres. Au moins trois assaillants avaient été tués dans cette première attaque, selon des sources de sécurité.

Après la multiplication des attentats d'Al-Qaïda contre les forces de sécurité, l'armée a lancé le 29 avril une offensive d'envergure pour déloger le réseau de ses repaires dans les provinces de Chabwa et d'Abyane (sud), où elle a repris d'importants bastions et tué des dizaines de combattants. Un responsable a encore annoncé samedi la mort de "sept terroristes" dans le secteur.

faw/mh/cbo

PLUS:hp