NOUVELLES

Mondial-2014 - Brésil: la "Famille Scolari" prête au rendez-vous

11/05/2014 05:30 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

Le onze de départ se dessine, les 23 joueurs sont connus et l'objectif, la conquête par le Brésil d'un sixième titre lors du Mondial-2014 à domicile, évident: Luiz Felipe Scolari peaufine l'esprit de sa "Famille" à un mois de son rendez-vous avec l'Histoire.

Soixante-quatre ans que tout un pays attendait cela: avoir la possibilité d'organiser une Coupe du monde sur les terres du "futebol", avec le rêve de l'emporter en finale au Maracana de Rio de Janeiro, là où la Seleçao s'était faite surprendre par le "Maracanazo" de l'Uruguay, sacré au Mondial-1950.

Surmonter cette tragédie nationale suppose une pression énorme pour le sélectionneur et ses joueurs à mesure que s'approchent les échéances, l'entrée en lice contre la Croatie le 12 juin (avant Mexique et Cameroun) et en ligne de mire la finale du 13 juillet. Mais pour l'instant, "tudo bem" !

"Tout va bien", du moins depuis que "Felipao" a repris les rênes, fin 2012, d'une sélection à la dérive. Fort de son aura de champion du "penta" (cinquième titre mondial en 2002), il a trouvé la bonne formule lors des matchs de préparation à la Coupe des Confédérations et durant le tournoi lui-même, écrasant l'Espagne en finale (3-0).

Des manifestations monstres descendaient dans les rues pour des raisons sociales, ciblant notamment la Fifa et les investissements massifs dans les stades, mais l'équipe nationale s'était réconciliée avec son public.

Dans un climat apaisé, Scolari a pu divulguer mercredi son groupe définitif de 23 joueurs en toute tranquillité.

- 'Ambiance' -

Quel contraste avec 2002, lorsque des supporters étaient venus lui mettre la pression avant et après son annonce de liste ! Il avait dû dormir dans un autre hôtel que d'habitude, pour fuir leur furie. "Cette fois, je n'en ai pas eu besoin", s'est-il félicité mercredi.

A l'époque, la non convocation de Romario avait fait débat. Cette fois, aucune polémique. Romario lui-même, pourtant toujours prompt à sortir le lance-flammes, a agréé la liste de "Felipao", cautionnée également par le "Roi" Pelé, même s'il aurait souhaité y voir un Kaka ou un Robinho.

L'absence de ces anciens (outre Ronaldinho) et des jeunes de la "génération olympique" de 2012 (Lucas, Pato, Ganso, Leandro Damiao...) répond au souhait du sélectionneur de maintenir l'osmose apparue dans le groupe pendant la Coupe des Confédérations.

Il a cependant changé sept joueurs par rapport au groupe de la Coupe des Confédérations, pour muscler son milieu (Fernandinho, Ramires et Willian) et apporter de l'expérience sur les côtés (Maicon et Maxwell), en plus d'un troisième gardien (Victor) et d'un quatrième défenseur central (Henrique).

Scolari a répété qu'il était en train de "construire une ambiance" avec ses joueurs. C'est la recette de 2002. A l'époque, il avait nommé un groupe restreint de "capitaines". Rebelote en 2014 avec comme leaders Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar et Fred.

- Quels milieux ? -

Ces deux derniers étaient chahutés par les circonstances et la presse: le gardien s'est engagé dans le peu relevé Championnat nord-américain après plus de six mois d'inactivité, et le buteur a connu en début d'année un enchaînement de blessures. "Felipao" leur a ostensiblement apporté son soutien. Et ils vont désormais beaucoup mieux.

Neymar a effectué une saison seulement correcte au FC Barcelone et son transfert a défrayé la chronique. Encore un soutien indéfectible du sélectionneur: "Il a une responsabilité plus grande en sélection qu'en club, pas seulement pour la création, pour la contre-attaque, mais aussi pour l'improvisation, des choses qu'il est le seul à pouvoir faire. Le groupe travaillera souvent pour lui, et lui parfois devra travailler pour le groupe".

Paternaliste, Scolari a vu la plupart des joueurs qui évoluent en Europe en avril et leur a dit qu'ils seraient convoqués. Il leur téléphone, leur donne des conseils.

Et il le reconnaît, il compte "huit, neuf, dix titulaires". Son équipe-type est déjà connue: Julio Cesar - Dani Alves, David Luiz, Thiago Silva (cap.), Marcelo - Luiz Gustavo, Paulinho - Hulk, Oscar, Neymar - Fred.

La défense et l'attaque semblent intouchables, et c'est au milieu que des changements peuvent s'opérer, avec Fernandinho, Hernanes, Willian et Ramires en solutions de rechange fiables.

Rassemblés à partir du 26 mai, les joueurs disputeront deux matchs de préparation, contre le Panama (3 juin à Goiânia) et la Serbie (6 juin au Morumbi de Sao Paulo). Derniers réglages en famille.

ybl/pal/ol/jgu

PLUS:hp