NOUVELLES

Israël: les actes antichrétiens "empoisonnent l'atmosphère" avant la venue du pape (Patriarche catholique)

11/05/2014 09:23 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

Les récents actes de vandalisme israéliens anti-chrétiens "empoisonnent l'atmosphère" à l'approche de la visite du pape François en Terre sainte à la fin du mois, a estimé dimanche le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal.

"A ce stade, les actes de vandalisme incontrôlés empoisonnent l'atmosphère, l'atmosphère de coexistence et de coopération, tout spécialement à deux semaines de la visite du pape François", a déploré Mgr Twal, la plus haute autorité catholique romaine en Terre sainte, lors d'une conférence de presse à Haïfa (nord d'Israël), au moment où se multiplient les profanations, attribuées à des juifs extrémistes, à l'encontre de lieux de cultes chrétiens et musulmans.

"Ces actes font l'objet de condamnations, mais font l'objet de peu d'arrestations", a regretté le patriarche latin.

Si la police a procédé à des interpellations dans les milieux religieux nationalistes juifs, cette vague d'agressions n'a donné lieu pour le moment à aucune poursuite ni inculpation.

"Le gouvernement d'Israël doit s'inquiéter, parce que cela nuit à l'image de l'Etat d'Israël à l'étranger. C'est aussi une tache sur la démocratie dont se réclame Israël", a averti Mgr Twal.

Devant l'ampleur du phénomène, condamné par les dirigeants israéliens, plusieurs ministres et anciens chefs du renseignement exigent que les auteurs de ces actes ne soient plus considérés comme membres "d'organisations illégales" mais comme des "terroristes". Ce que refuse jusqu'à aujourd'hui le gouvernement israélien.

La police et le Shin Beth (service de la sécurité intérieure) craignent, selon les médias israéliens, que des juifs religieux ultra-nationalistes n'exploitent le pèlerinage du pape en Terre sainte, du 24 au 26 mai, pour donner de la résonance à l'activisme de cette mouvance souterraine.

Sous l'appellation du "prix à payer", colons radicaux et militants d'extrême droite ont intensifié ces derniers mois les agressions contre des Palestiniens, des Arabes israéliens, et même des soldats israéliens, en réaction à des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou à des actes attribués à des Palestiniens.

Ils ont aussi ciblé des églises, des couvents et des mosquées.

dar-agr/sw

PLUS:hp