NOUVELLES

Dalia Grybauskaite largement en tête après le 1er tour de scrutin en Lituanie

11/05/2014 09:23 EDT | Actualisé 11/07/2014 05:12 EDT

VILNIUS, Lituanie - Dalia Grybauskaite a effectué un pas de géant vers sa réélection à la présidence de la Lituanie, dimanche, dominant le premier tour de scrutin de la sixième élection présidentielle depuis que ce pays balte a regagné son indépendance, en 1991.

Selon un porte-parole de la Commission électorale de la Lituanie, Mme Grybauskaite, une ancienne commissaire chargée du budget au sein de l'Union européenne, avait obtenu l'appui de 45 pour cent des électeurs après le dépouillement de 95 pour cent des bulletins de vote.

Ces résultats incomplets tendent à indiquer qu'elle affrontera Zigmantas Balcytis, du Parti social-démocrate, lors du second tour qui se tiendra en même temps que les élections parlementaires européennes, le 25 mai.

M. Balcytis a recueilli 14 pour cent des votes exprimés, soit un point de pourcentage de plus que le législateur travailliste Arturas Paulauskas, selon les résultats préliminaires dévoilés tôt lundi.

Mme Grybauskaite a dénoncé avec véhémence les actions de la Russie en Ukraine, haussant sa popularité dans un pays contrôlé par Moscou pendant la Guerre froide.

Mme Grybauskaite, une ceinture noire en karaté âgée de 58 ans, détenait une telle avance lors des sondages pré-électoraux que certains observateurs croyaient qu'elle pouvait être élue dès le premier tour de scrutin.

Pour ce faire, il lui aurait fallu obtenir une majorité absolue, alors qu'elle était confrontée à six autres candidats.

Mme Grybauskaite est une économiste qui a fait des études autant en Union soviétique qu'aux États-Unis. En 2009, elle est devenue la première femme à accéder à la présidence de la Lituanie.

Même si elle fait campagne à titre de candidate indépendante, elle bénéficie du soutien des parties de centre-droite de la Lituanie.

Son taux d'approbation a grimpé récemment après qu'elle eut fortement critiqué l'annexion de la Crimée par Moscou et manifesté son soutien à une augmentation des forces de l'OTAN en Lituanie, qui s'est joint à l'organisation en 2004.

PLUS:pc