NOUVELLES

Soccer à Miami: de la résistance au site proposé par Beckham pour un stade

10/05/2014 03:02 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

MIAMI - Cela fait deux mois que David Beckham a fait part de ses intentions d'implanter un club de la MLS à Miami. Le projet a été largement bien reçu, mais on n'arrive pas encore à s'entendre sur où bâtir le stade.

Beckham a dans sa mire le port de Miami, dont la portion sud-ouest, presque la seule encore disponible, a une vue spectaculaire du centre-ville.

Les principaux opposants sont la Miami Seaport Alliance, une coalition de politiciens et de gens d'affaires incluant Royal Caribbean Cruises, un joueur majeur dans le domaine des croisières, et dont le quartier général est voisin du site proposé.

L'alliance avance que le stade nuirait aux croisières et aux opérations de cargo avec du trafic accru et de plus grands risques de sécurité, mais le groupe de Beckham répond que ces craintes ne sont pas fondées.

La coalition croit aussi qu'un stade mettrait en danger les 207 000 emplois liés au port, tout en créant des postes moins bien payés dans les comptoirs alimentaires et les boutiques de souvenirs du stade, comme exemples.

Le dossier est un enjeu majeur pour le port, car le comté de Miami-Dade dépense plus de deux milliards pour faire de Miami un centre majeur au niveau de la logistique, au niveau mondial.

Accablé d'une dette d'un milliard, le port est néanmoins agrandi en vue de l'expansion du canal de Panama, qu'on attend pour 2015, et ce même si Moody's a récemment abaissé sa cote de crédit.

Le conseiller de Beckham, John Alschuler, est un consultant immobilier qui a mené des projets de développement des rives à New York et Hong Kong, notamment. Il dit qu'un stade et des bâtisses commerciales amèneraient probablement entre six et 10 M $ en revenus annuels.

Alschuler dit que moins d'une centaine d'emplois seraient créés directement par l'équipe, mais que des milliers d'autres le seraient par des restos et des commerces aux alentours. Il balaye aussi du revers de la main les craintes de trafic de l'alliance, faisant remarquer que les amateurs ne se présenteraient pas avant 18h30, soit plusieurs heures après le départ des croisières.

«Ils font délibérément de la désinformation pure et simple», dit-il au sujet de ce qu'avance la coalition.

La décision finale va revenir au maire Carlos Gimenez et à la commission du comté.

Gimenez a demandé à Beckham de considérer un site près de l'aréna du Heat, mais il n'écarte pas la possibilité de soutenir un stade dans le port.

Beckham était de retour à Miami cette semaine pour rencontrer des commissaires, et aussi étudier l'idée de Gimenez.

«Nous voulons amener quelque chose de positif, a dit Beckham. Ce coin de l'Amérique n'a pas eu d'équipe de soccer depuis un bon bout de temps (2001), et les gens d'ici en méritent une.»

PLUS:pc