NOUVELLES

Ontario : Tour à tour, le Parti libéral attaque Andrea Horwath et Tim Hudak

10/05/2014 05:14 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

TORONTO - La chef du Nouveau Parti démocrate de l'Ontario, Andrea Horwath, est la cible d'une nouvelle attaque du Parti libéral de l'Ontario, mais l'hypothèse d'un gouvernement dirigé par Tim Hudak représente un «scénario plus épeurant encore», ont affirmé des responsables du PLO samedi.

Le leader du Parti progressiste-conservateurs a dévoilé un nouvel élément de sa plateforme liée aux emplois samedi, promettant de créer 120 000 postes en réduisant le taux d'imposition des sociétés. Cette annonce survient 24 heures après que M. Hudak eut promis de couper 100 000 emplois dans la fonction publique.

Les libéraux ont dénoncé ce plan de licenciements, mais leur nouveau message publicitaire, narré par la première ministre Kathleen Wynne, prend le NPD pour cible. On y montre des propositions sympathiques à la gauche issues du budget libéral, que Mme Horwath avait promis de ne pas appuyer, et Mme Wynne enchaîne en demandant si «Andrea Horwath est sincère».

Le budget englobait des promesses pour un régime de retraite provincial, des leviers afin de générer des milliards de dollars qui auraient été consacrés au transport en commun, aux routes et aux ponts, des milliards additionnels en subventions aux entreprises, une hausse du salaire minimum et un taux d'imposition plus élevé pour les contribuables touchant plus de 150 000$.

Mais Mme Horwath a affirmé avoir perdu confiance en Mme Wynne et en le Parti libéral, qui était à la tête d'un gouvernement minoritaire, et qu'elle ne pouvait soutenir un gouvernement qui a été mêlé à scandale par-dessus scandale.

Lors d'un rassemblement tenu samedi à Brampton, Mme Horwath a riposté aux attaques libérales.

«Ce que je crois qui n'est pas réel, c'est un budget qui promet 70 nouveaux programmes, nouvelles initiatives, lorsque le gouvernement n'a même pas réussi à en implanter trois de l'année dernière», a-t-elle déclaré, en faisant référence à une réduction des taux d'assurance-automobile, à une surveillance de la responsabilité comptable et à l'amélioration des soins à domicile.

Mme Wynne était en congé samedi, mais le ministre des Finances Charles Sousa a pris la relève pour dévoiler la nouvelle campagne publicitaire et servir une combinaison de jabs aux rivaux libéraux. Selon lui, la décision de Mme Horwath pourrait mener à l'élection d'un gouvernement Hudak «radical».

M. Sousa s'est attardé sur «le terrible choix qu'a fait Andrea Horwath et l'autre solution, qui est encore plus épeurante, et ce serait Tim Hudak».

«L'ordre du jour du Parti progressiste-conservateur de Hudak portant sur les coupures et les guerres dans le secteur de l'emploi devient, jour après jour, plus radical et dangereux», a-t-il affirmé.

M. Sousa a critiqué le plan de M. Hudak de couper 100 000 postes dans la fonction publique, avec comme objectif d'aider à éliminer le déficit de 12,5 milliards $ d'ici 2016, affirmant qu'il est contraire à sa promesse de créer des emplois.

Samedi, M. Hudak a annoncé qu'il allait créer 120 000 emplois en Ontario en réduisant de 30 pour cent le taux d'imposition des sociétés. Pour financer cette promesse, M. Hudak a précisé qu'il remplacerait les subventions aux entreprises par une réduction de l'impôt des sociétés.

«La seule chose qui est pire qu'un gros gouvernement, c'est lorsqu'un gros gouvernement partage le même lit que les grandes sociétés — ça signifie que vous allez perdre», a-t-il lancé.

PLUS:pc