NOUVELLES

Manifestations dans plusieurs villes de France pour la légalisation du cannabis

10/05/2014 12:27 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés samedi à Paris et dans plusieurs autres villes en France, joint à la bouche ou feuille de marijuana en main, à l'occasion d'une "marche mondiale" pour demander la légalisation du cannabis.

A Paris, les manifestants se sont réunis à l'appel d'associations d'usagers, dont Cannabis sans frontières, au cri de "libérez Marie-Jeanne!" (surnom donné à la marijuana, ndlr). Musique reggae en fond sonore, ils ont défilé en brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "légalisez pour l'égalité" ou "un joint pour le trou de la Sécu" (Sécurité sociale).

"Dans un premier temps, on souhaite la légalisation du cannabis à usage thérapeutique. Et au-delà, on veut la fin de la prohibition", a expliqué Farid Ghehiouche, fondateur de Cannabis sans frontières.

"Dans beaucoup de pays, le débat évolue. Mais en France, les responsables politiques font de l'idéologie, ils font preuve d'irrationalité", estime M. Ghehiouche, pour qui "la légalisation ferait descendre en flèche la criminalité".

L'Uruguay est devenu en décembre le premier pays au monde à voter une loi régulant la chaîne de production du cannabis sous autorité de l'Etat. La légalisation, destinée à combattre le trafic de drogues, a été ratifiée cette semaine.

La "marche mondiale du cannabis", créée en 1999, était programmée cette année dans une soixantaine de pays. Dans beaucoup d'entre eux, dont le Canada, les Etats-Unis ou l'Allemagne, les rassemblements ont eu lieu le 3 mai.

En France, 13 villes devaient participer à l'évènement. Seule une poignée de militants s'est toutefois mobilisée dans les grandes agglomérations.

Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 1,2 million de personnes fument régulièrement du cannabis (plus de 10 fois par mois) en France. Le chiffre d'affaires du trafic est estimé à entre 700 millions et un milliard d'euros.

Selon Jean-François Diverres, membre du Collectif d'information et de recherche cannabique, "la légalisation permettrait de réguler le marché. Ca créerait des milliers d'emplois et ça ferait des recettes fiscales pour l'Etat", grâce aux impôts qui pourraient être appliqués sur les ventes de cannabis, affirme-t-il.

Selon la mission interministérielle française de lutte contre les drogues et la toxicomanie, le cannabis entraîne des difficultés de concentration et peut engendrer ou aggraver, chez certaines personnes vulnérables, des troubles psychiques comme l'anxiété ou la dépression.

En France, le cannabis est prohibé depuis 1970 et interdit par le code de santé publique, avec au maximum un an de prison et 3.750 euros d'amende. Mais dans la pratique, l'emprisonnement pour usage est exceptionnel.

vab-bur/at/blb/mr

PLUS:hp