NOUVELLES

L'Afrique du Sud confirme la réélection du CNA après le comptage des votes

10/05/2014 08:35 EDT | Actualisé 10/07/2014 05:12 EDT

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - L'Afrique du Sud a confirmé samedi les résultats du vote de la semaine dernière après un comptage des votes qui démontre que les partis d'opposition du pays gagnent en force.

Bien que réélu, le Congrès national africain (CNA) a récolté 62,15 pour cent des votes, soit plusieurs points de pourcentage de moins que lors de l'élection de 2009, montre le site Web de la commission électorale. Le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique, a obtenu 22,23 pour cent des voix, une augmentation de cinq pour cent par rapport à 2009.

Les Combattants pour la liberté économique, un jeune parti qui veut redistribuer les ressources du pays aux plus pauvres, ont gagné 6,35 pour cent des votes. Le taux de participation a été de 73 pour cent des 25 millions de Sud-Africains inscrits sur la liste électorale.

Une bataille notable a eu lieu dans la province de Gauteng, la plus populeuse du pays et son centre économique, où le CNA a gagné avec 53 pour cent des voix. C'est toutefois une diminution de 10 pour cent par rapport aux résultats de 2009. L'Alliance démocratique a obtenu 31 pour cent des votes.

Le gouvernement a affirmé que les élections se sont passées rondement, malgré quelques retards et interruptions, et un accès de violence dans les rues d'un quartier pauvre de Johannesbourg. Samedi, la police a averti la population de demeurer loin du quartier Alexandra, après un violent soulèvement de groupes d'opposition qui soutenaient que les résultats du vote avaient été faussés.

Environ 60 personnes ont été arrêtées depuis vendredi, a rapporté l'agence de presse sud-africaine.

Le CNA, autrefois dirigé par Nelson Mandela, fait la promotion des libertés démocratiques et promet de fournir des services de base à des millions de personnes depuis la fin du règne de la minorité blanche en 1994. Sa réputation a été entachée en 2012 lorsque la police a tué plusieurs dizaines de manifestants. Le président Jacob Zuma a également été au centre d'un scandale pour avoir utilisé plus de 20 millions $ de l'État pour rénover sa maison.

PLUS:pc