NOUVELLES

Wall Street ouvre en léger recul, surveillant la crise en Ukraine

09/05/2014 10:09 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

Wall Street a entamé la séance légèrement dans le rouge vendredi, surveillant avec inquiétude la crise ukrainienne et digérant un chiffre plus bas que prévu sur l'inflation en Chine: le Dow Jones lâchait 0,25% et le Nasdaq 0,41%.

Wall Street avait fini dans l'hésitation jeudi, la frilosité l'emportant chez les investisseurs malgré un bon indicateur américain et des espoirs de relance monétaire en zone euro: le Dow Jones avait gagné 0,20%, à 16.550,97 points, mais le Nasdaq avait cédé 0,40%, à 4.054,50 points.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 41,67 points à 16.509,30 points et le Nasdaq, à dominante technologique, se repliait de 16,72 points à 4.034,78 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 abandonnait 0,39% ou 7,25 points, à 1.868,38 points.

Comme la veille, "on s'attend à une nouvelle séance de mouvements hésitants, voire erratiques", a relevé Patrick O'Hare, de Briefing.com citant les influences diverses de "l'annonce des chiffres plus bas que prévu de l'inflation en Chine, de l'abandon par (les géants de la publicité américain et français) Omnicom et Publicis de leur projet de fusion" et de résultats d'entreprises contrastés.

La hausse des prix à la consommation, principale jauge de l'inflation en Chine, a connu un net ralentissement en avril, à 1,8% sur un an, ce qui alimentait les craintes de tensions déflationnistes au sein de la deuxième économie mondiale.

"Les tensions géopolitiques continuent de tenir le haut du pavé", ont remarqué quant à eux les analystes de la maison de courtage Charles Schwab, en référence à la crise ukrainienne.

Vladimir Poutine est arrivé vendredi après-midi en Crimée après le défilé militaire de la Place Rouge, pour y célébrer la victoire sur les nazis et le "patriotisme" russe en pleine crise ukrainienne.

Les insurgés pro-russes ukrainiens ont, quant à eux, décidé de maintenir pour le 11 mai leur référendum d'indépendance, qualifié de "référendum terroriste" par Kiev, ignorant un appel du président russe à le reporter.

Du côté des résultats d'entreprises, les opérateurs prenaient acte "des prévisions décevantes" de l'un des grands noms du prêt-à-porter américains, Ralph Lauren, mais de la performance "encourageante" du géant américain de l'habillement Gap, a relevé M. O'Hare.

Le marché obligataire reculait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans progressait à 2,622% contre 2,602% jeudi et celui à 30 ans à 3,447% contre 3,415% à la précédente clôture.

ppa/sl/gde

PLUS:hp