NOUVELLES

Ukraine: le FMI "espère vivement" que Kiev tiendra "ses engagements" (Lagarde)

09/05/2014 01:39 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a déclaré vendredi espérer "vivement" que l'Ukraine tiendrait "ses engagements" dans le cadre du plan d'aide récemment conclu avec Kiev et qui pourrait être revu en cas de scission dans l'est de ce pays.

"Nous sommes très attentifs bien entendu à la situation et nous espérons vivement que les autorités ukrainiennes vont respecter les engagements du programme", a déclaré du Maroc Mme Lagarde. Le FMI espère pour cela "un environnement international (...) qui apportera de la stabilité et moins d'incertitude" qu'aujourd'hui, a-t-elle poursuivi.

Alors que l'institution financière a indiqué dans un récent rapport que son aide devrait être "remaniée" en cas de scission de l'est de l'Ukraine, les insurgés prorusses de cette région se préparaient vendredi à un "référendum" sur leur indépendance, prévu dimanche.

A Rabat, première étape d'une mission dans le monde arabe, Christine Lagarde a par ailleurs confirmé que le FMI avait débloqué la première tranche de son aide financière à l'Ukraine.

"On a déjà déboursé dans le courant de la semaine 3,2 milliards de dollars sur un programme de 17,1 mds de dollars", a-t-elle avancé, en référence à ce premier prêt dont l'annonce avait été faite mercredi par la Banque centrale ukrainienne.

"Ce qui est déterminant pour nous, c'est la détermination des autorités du pays à respecter leurs engagements et à le mettre en oeuvre", a par la suite répété Christine Lagarde, à propos d'un plan d'aide qui doit permettre de soutenir directement l'économie ukrainienne mais aussi "servir de catalyseur pour le soutien (...) d'autres institutions financières internationales ou d'autres partenaires sur un plan bilatéral".

Au tout début du mois, à peine ce plan révélé, le FMI a indiqué dans un rapport qu'il devrait le revoir en cas de scission de l'Est.

"Si le gouvernement central perd le contrôle effectif de l'est (du pays, ndlr), le programme devra être remanié", avait indiqué l'institution basée à Washington dans ce document détaillant son programme d'assistance financière.

Dans une telle hypothèse, un soutien financier additionnel pourrait s'avérer "nécessaire", était-il encore précisé.

L'Ukraine a déjà perdu la région de la Crimée en mars au profit de la Russie, mais son importance économique (3,7% du PIB) est sans commune mesure avec celle des provinces de l'Est.

La consultation de dimanche doit se dérouler dans les deux régions les plus touchées par l'insurrection, celle de Donetsk et celle voisine de Lougansk, fortes au total de 7,3 millions d'habitants, soit près d'un sixième de la population du pays.

Selon le rapport du FMI, les provinces de l'Est représentent plus de 21% du PIB ukrainien et 30% de sa production industrielle.

Pour l'heure, le FMI prévoit déjà une récession de 5% de l'économie ukrainienne cette année et une flambée de la dette publique, à 56,5% du PIB contre 40,9% l'année dernière.

A deux jours du vote, l'Ukraine s'enfonçait vendredi dans la violence, avec plus de 20 morts dans des affrontements à Marioupol (sud-est). Le gouvernement de Kiev a par ailleurs manifesté son courroux vis-à-vis de la visite en Crimée, dans une nouvelle démonstration de force, du président russe Vladimir Poutine.

gk/vl

PLUS:hp