NOUVELLES

Poutine en Crimée pour la Fête de la victoire en pleine crise ukrainienne

09/05/2014 08:03 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

Vladimir Poutine est arrivé vendredi après-midi en Crimée après le défilé militaire de la Place Rouge, pour y célébrer la victoire sur les nazis et le "patriotisme" russe en pleine crise ukrainienne.

Les médias publics russes ont annoncé dans l'après-midi l'arrivée du président à Sébastopol, base historique de la Flotte russe de la mer Noire, pour son premier déplacement dans la péninsule ukrainienne dont le rattachement en mars à la Russie est dénoncé par Kiev et les Occidentaux.

M. Poutine est arrivé à l'aéroport de Belbek près de Sébastopol, et devrait assister à une parade militaire notamment maritime et aérienne.

La chancelière allemande Angela Merkel avait regretté cette semaine une telle initiative évoquée par les médias, alors que les régions de l'est et du sud de l'Ukraine, où Kiev et les Occidentaux accusent Moscou d'attiser le séparatisme, s'enfoncent dans la violence.

Des combats ont notamment éclaté vendredi dans la ville portuaire de Marioupol (sud-est), entre forces armées loyalistes ukrainiennes et militants pro-russes, faisant des morts et des blessés, selon les médias ukrainiens.

Selon les informations d'un média, impossibles à vérifier dans l'immédiat, huit militants prorusses ont été tués.

Vendredi matin, M. Poutine a salué la "force toute-puissante du patriotisme" russe lors de la parade militaire de 11.000 hommes et de dizaines de blindés, lance-missiles, hélicoptères et bombardiers lourds à Moscou commémorant la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie.

- 'La force toute-puissante du patriotisme' -

Le 9 mai "est une fête où triomphe la force toute-puissante du patriotisme", a lancé M. Poutine.

"La volonté de fer du peuple soviétique, son courage et sa fermeté ont sauvé l'Europe de l'esclavage", a-t-il poursuivi. "C'est notre pays qui a traqué les fascistes jusque dans leur tanière, a obtenu leur défaite complète et définitive, a vaincu au prix de millions de victimes et de terribles épreuves".

La Russie célèbre la victoire des Alliés dans la Seconde guerre mondiale le 9 mai - la capitulation ayant été signée tard le soir du 8 mai à Berlin, soit le 9 mai heure de Moscou.

Cet événement revêt une importance encore plus cruciale cette année pour le Kremlin, qui s'oppose aux Occidentaux sur l'Ukraine.

Le rattachement en mars de la Crimée à la Russie, survenu après l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-occidentales à Kiev, est à l'origine de la pire crise entre Russes et Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide, qui n'a depuis cessé de dégénérer avec l'extension de violents troubles dans l'est de l'Ukraine, faisant craindre une glissade vers la guerre civile.

En Ukraine, les célébrations ont été plus discrètes. A Kiev, une courte cérémonie a eu lieu dans un parc dominant la ville en présence des anciens présidents Viktor Iouchtchenko, Leonid Koutchma et Leonid Kravtchouk, et du Premier ministre Arseni Iatseniouk.

"Il y a 69 ans nous avons combattu avec la Russie contre le fascisme et nous avons gagné. Aujourd'hui, la Russie a déclenché une guerre contre l'Ukraine", a déclaré M. Iatseniouk, appelant Moscou à "cesser de soutenir les terroristes qui tuent des civils en Ukraine".

M. Poutine avait adopté mercredi un ton plus conciliant que de coutume à l'égard de Kiev. Il avait proposé un scénario de "dialogue" prévoyant l'arrêt de l'opération militaire en cours dans l'Est en échange d'un report du "référendum" sur l'indépendance prévu dimanche dans l'est de l'Ukraine, mais les séparatistes ont décidé jeudi de maintenir cette consultation.

- Poursuite de l'opération -

Le gouvernement ukrainien a de son côté répété jeudi qu'il n'avait nullement l'intention de renoncer à rétablir l'ordre dans l'Est, alors qu'il est engagé depuis le 2 mai dans une opération militaire qui s'est déjà soldée par des dizaines de morts.

A Slaviansk, fief des rebelles pro-russes, des tirs et des détonations ont été entendus dans la nuit. Trois blindés légers, dont un avec drapeau russe, ont défilé vendredi matin dans le centre ville, dont la place centrale était noire de monde.

Selon Interfax, une quarantaine d'hommes armés ont tenté jeudi soir de prendre d'assaut un poste-frontière dans la région de Lougansk en lançant des cocktails molotov, mais ont battu en retraite après que des garde-frontières ont ouvert le feu.

La tension va demeurer vive en Ukraine à l'approche du scrutin présidentiel anticipé du 25 mai, qui doit permettre l'élection du successeur de Viktor Ianoukovitch.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, doit se rendre lundi à Kiev pour manifester le soutien de l'UE à l'Ukraine avant l'élection.

Les enjeux sont également économiques, la Russie ayant annoncé jeudi qu'elle ne livrerait plus son gaz à l'Ukraine que sur prépaiement, en raison d'une dette gazière de 3,5 milliards de dollars dont Kiev conteste le montant.

Cette mesure peut menacer les livraisons de gaz à l'Europe, qui importe le quart de son gaz de Russie, dont près de la moitié via l'Ukraine.

bur-lpt/ahe/ml

PLUS:hp