NOUVELLES

Manziel reçoit un accueil chaleureux des partisans des Browns à Cleveland

09/05/2014 07:09 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

BEREA, États-Unis - Johnny Manziel a levé son nouveau chandail no 2 des Browns et a affiché un sourire radieux. Alors que le cliquetis des caméras servait de trame sonore, il a reçu un accueil chaleureux dans son nouveau domicile.

«Johnny Football» est arrivé en ville. Cleveland ne sera peut-être jamais la même.

Humble, confiant et charmant, Manziel a répondu avec une aisance déconcertante aux questions après avoir été présenté aux partisans des Browns, vendredi. Ces derniers ont sélectionné le joueur le plus polarisant de la NCAA au cours des deux dernières années au 22e rang du repêchage de la NFL, jeudi soir.

Assis aux côtés du demi de coin Justin Gilbert, que les Browns ont choisi au huitième rang, Manziel a dit qu'il s'attendait à embarquer dans une aventure encore plus rocambolesque que celle qu'il a vécue à l'Université Texas A&M.

«Je m'attends à la folie», a-t-il déclaré.

La «Manzielmania» a frappé Cleveland comme un orage au printemps, vendredi. Vers 18 heures, les Browns avaient vendu 2300 billets de saison — incluant les renouvellements et les nouvelles ventes — depuis le début de la première ronde du repêchage, jeudi. Dans les heures qui ont suivi la sélection de Manziel, le personnel des ventes de l'équipe a eu de la difficulté à gérer le grand nombre d'appels.

À la boutique de l'équipe au FirstEnergy Stadium, les partisans faisaient la file afin d'acheter leur chandail de Manziel à 150 $ US l'unité.

Le récipiendaire du trophée Heisman en 2012 se retrouve sous les feux de la rampe, mais ce n'est rien de nouveau pour lui. Tous ses gestes font les manchettes depuis la première fois qu'il a réussi un jeu spectaculaire au niveau universitaire.

«C'est quelque chose de spécial, a dit Manziel en parlant de la réaction des partisans des Browns. J'ai reçu beaucoup d'appuis, mais il y a beaucoup de travail à faire.»

Manziel a indiqué qu'il ne ressentait pas de pression du fait d'être «Johnny Football», le gamin qui a transformé des stades de football gigantesques en terrain de jeu personnel et qui côtoie parfois des étoiles du rap comme Drake ou des vedettes sportives comme LeBron James.

«Je suis Johnny Manziel, a-t-il dit. Johnny Football, c'est ce que je suis dans les médias, ce que les gens voient. Je l'accepte et je le comprends. En même temps, je sais qui je suis. Je suis Johnny Manziel, de Kerrville au Texas. Je ne laisse pas ça me déranger.»

Les Browns attendaient quelqu'un comme Manziel depuis longtemps.

L'équipe a utilisé 20 quarts partants depuis 1999, une séquence qui a débuté avec Ty Detmer et qui inclut les échecs des choix de premier tour Tim Couch, Brady Quinn et Brandon Weeden. Manziel est conscient du passé des Browns et espèrent les guider vers de meilleurs jours.

«J'ai des objectifs personnels, des attentes, a-t-il expliqué. Je crois que si je m'applique et que je fais le nécessaire en apprenant des entraîneurs, je peux devenir un bon joueur de football et continuer sur ce que j'ai bâti au cours des dernières années en m'améliorant à chaque année. Je pense avoir éventuellement du succès. J'y crois.»

Manziel luttera avec Brian Hoyer pour le poste de quart partant la saison prochaine. Hoyer a effectué deux départs en 2013 avant de voir sa saison être écourtée en raison d'une blessure à un genou. Quand le directeur général des Browns Ray Farmer lui a indiqué que l'équipe allait choisir Manziel, Hoyer a répondu: «Amenez-le (Bring it on)».

Manziel n'était pas surpris de la réaction de Hoyer.

«Je ne m'attendais à rien d'autre, a-t-il déclaré. Il est un gars compétitif. C'est exactement ce que je recherche chez un coéquipier.»

Manziel tient à laisser de côté son image de fêtard alors qu'il cherchera à répondre aux attentes. Il ne s'attend pas à recevoir de traitements de faveur et s'attend à devoir gagner la confiance et de ses coéquipiers.

«Je suis en bas de l'échelle, a-t-il mentionné. Je connais ma place. Ce sont mes actions qui m'aideront à gagner le respect des gars. Je vais tenter mon possible afin d'être confortable avec mes coéquipiers et leur montrer que je tiens au succès de l'équipe.

«Je vais me présenter ici et travailler extrêmement fort.»

PLUS:pc