NOUVELLES

Malaise chez les vétérans ukrainiens de la Seconde guerre mondiale

09/05/2014 10:19 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

C'est leur journée. Parés de leurs uniformes alourdis par les nombreuses médailles, les vétérans ukrainiens de la Seconde guerre mondiale ont célébré vendredi la victoire sur l'Allemagne nazie mais cette année le coeur n'y est pas.

"La fête est gâchée aujourd'hui. Nous ne pouvons pas célébrer la victoire comme nous le faisons tous les ans à cause de la situation politique et nous allons surement devoir nous battre de nouveau dans notre propre pays", regrette auprès de l'AFP Vassyl Kouptchenko, dans son costume bleu, en s'appuyant sur sa canne.

Chaque année, l'Ukraine, comme la Russie, célèbre la victoire des Alliés dans la Seconde guerre mondiale le 9 mai - la capitulation ayant été signé tard le soir du 8 mai à Berlin, soit le 9 mai heure de Moscou.

Après une courte cérémonie officielle en présence des anciens présidents Viktor Iouchtchenko, Leonid Koutchma et Leonid Kravtchouk, et du Premier ministre Arseni Iatseniouk, des dizaines de vétérans ont envahi le parc qui domine la ville. Une foule d'anonymes, souvent venus en famille, les accompagne.

- Meurtris par la perte de la Crimée -

Comme Vassyl, ils ont les mains pleines d'oeillets rouges ou blancs, que des passants viennent de leur remettre, et certains tiennent dans la photo jaunie encadrée d'un proche mort au front.

"En tant qu'anciens combattants, qui avons souffert de la guerre, nous sommes particulièrement meurtris par la situation actuelle en Ukraine et par la perte de la Crimée", péninsule ukrainienne occupée par les troupes russes et rattachée en trois semaines à la Russie en mars, dit Vassyl Klouï, un autre ancien combattant.

"Mais je pense que cela changera car l'Ukraine ne peut pas exister sans la Crimée ni la Crimée sans l'Ukraine", estime-t-il.

Alors qu'un groupe de jeunes entonne des chants patriotiques, Volodymyr constate, amer, qu'"il est impossible aujourd'hui de célébrer correctement la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie" puisque les autorités ukrainiennes par crainte de troubles ont annulé le traditionnel défilé dans le centre de Kiev.

"Nous n'avons pas de parade militaire comme d'habitude puisqu'il y a des combats dans notre pays et c'est très regrettable", se désole ce retraité, aux dents dorées et à la large casquette, qui n'a pas souhaité révéler son nom.

Toutefois pour lui, parler de "fascisme" est hors de propos pour évoquer la situation actuelle de l'Ukraine.

Le terme "fascistes" est largement utilisé par les médias officiels russes pour désigner les nouvelles autorités de Kiev issues de la contestation pro-européenne et qui mènent depuis une semaine une opération militaire dans l'est du pays contre les insurgés pro-russes, qui s'est déjà soldée par des dizaines de morts.

"Nous avons des bandes armées mais pas de fascistes. Ce n'est pas le fascisme mais bien l'anarchie aujourd'hui dans notre pays", selon lui.

"Ceux qui se battent contre l'Ukraine le font pour de l'argent. Ils sont prêts à tuer pour gagner de l'argent mais cela n'a rien à voir avec la guerre contre les nazis", estime, de son côté, Vassyl Kouptchenko.

tib/neo/ia

PLUS:hp