NOUVELLES

Le propriétaire du traversier sud-coréen est formellement arrêté

09/05/2014 08:33 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - Le président de la compagnie propriétaire du traversier sud-coréen qui a sombré avec près de 500 personnes à son bord a été formellement arrêté vendredi, quand les responsables se sont inquiétés qu'il puisse détruire des preuves.

Le président de Chonghaejin Marine, Kim Han-sik, devient le cinquième employé de cette compagnie à être arrêté depuis que les enquêteurs croient que du fret incorrectement chargé à bord du navire ait pu contribuer à la catastrophe du 16 avril, qui a fait plus de 300 morts et disparus.

Kim est soupçonné d'avoir su que le traversier était surchargé, mais de ne pas être intervenu pour l'empêcher d'appareiller.

Un tribunal de la ville portuaire de Mokpo, dans le sud du pays, a indiqué par voie de communiqué avoir émis un mandat d'arrestation contre Kim pour l'empêcher de détruire des preuves. L'arrestation de Kim a été confirmée par le procureur Yang Jung-jin, qui fait partie de l'équipe responsable de faire la lumière sur l'accident.

Plus de trois semaines après le naufrage, ce sont 273 corps qui ont été récupérés — principalement des étudiants de niveau secondaire — tandis que 31 personnes manquent toujours à l'appel. Les secouristes sont ralentis par la noirceur, la puissance des courants et les débris qui flottent à l'intérieur de l'épave.

Des proches des victimes se sont rendus au siège du gouvernement sud-coréen, la Maison Bleue, tôt vendredi pour réclamer une rencontre avec la présidente Park Geun-hye, mais les policiers les ont empêchés de s'approcher.

Les 15 membres d'équipage, dont le capitaine, qui ont survécu à la catastrophe ont tous été arrêtés. Ils sont accusés de négligence et d'avoir abandonné des passagers en péril.

PLUS:pc