NOUVELLES

Deux diplomates des Philippines accusés d'avoir exploité une employée domestique

09/05/2014 03:52 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

OTTAWA - La police d'Ottawa a porté des accusations de traite de personnes contre un couple de diplomates des Philippines, en lien avec une femme qu'ils avaient emmenée au Canada pour y travailler comme gouvernante.

La police d'Ottawa a demandé en avril au ministère des Affaires étrangères de retirer au couple leur immunité diplomatique, pour apprendre le 5 mai dernier que l'homme et la femme avaient remis leurs cartes d'identité et étaient rentrés aux Philippines.

Le dossier implique une femme de 26 ans emmenée au Canada légalement en tant qu'employée domestique.

La police allègue que le couple a exploité la femme pour en tirer des bénéfices financiers et matériels, et qu'il l'a retenue contre son gré en confisquant ou en détruisant ses documents d'identité.

Bueneflor Cruz, âgée de 44 ans, et Robert Cruz, âgé de 45 ans, sont tous deux accusés de traite de personnes, d'avoir tiré des bénéfices de cette traite, et d'avoir confisqué ou détruit des documents. L'homme est également accusé de méfait et d'avoir menacé de causer des blessures physiques.

Selon la police, la victime se trouve toujours au Canada, où elle a été placée dans un endroit sûr.

L'enquête a commencé en décembre, en réponse aux allégations d'une tierce partie qui a affirmé que la femme était exploitée, a expliqué la police dans un communiqué.

«La police d'Ottawa continuera d'enquêter minutieusement sur toute plainte de traite de personnes», a déclaré l'inspecteur Paul Johnson. «Il est important d'insister sur le fait qu'une aide est disponible pour les victimes.»

Dans un courriel acheminé à La Presse Canadienne vendredi soir, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a fait savoir que le gouvernement du Canada avait révélé les allégations à la police et qu'il avait collaboré à l'enquête.

PLUS:pc