NOUVELLES

Des affrontements font au moins six blessés en Thaïlande

09/05/2014 09:59 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

BANGKOK - Au moins six personnes ont été blessées vendredi quand la police thaïlandaise a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour repousser des centaines de manifestants qui tentaient de pénétrer dans une enceinte gouvernementale.

Les manifestants avaient pris d'assaut le quartier général des forces de l'ordre, le Centre pour l'administration de la paix et de l'ordre. Ils ont notamment tenté de renverser des barrières de ciment ornées de barbelés à l'extérieur de l'enceinte.

L'incident s'est produit au moment où plus de 10 000 personnes défilaient dans les rues de la capitale thaïlandaise pour démontrer que l'expulsion du pouvoir de la première ministre Yingluck Shinawatra par un tribunal, plus tôt cette semaine, ne les satisfait pas. Un leader des manifestants a évoqué des représailles si le gouvernement en entier n'a pas été chassé d'ici trois jours.

La circulation automobile a été paralysée à Bangkok quand les manifestants se sont rendus au bureau de la première ministre et au parlement, en plus d'encercler plusieurs stations de télévision publiques à qui ils demandent de ne plus diffuser les propos du gouvernement pour plutôt reprendre les annonces de l'opposition.

«Nous ne voulons pas interrompre la programmation régulière, mais quand nous avons besoin de nous adresser à la population, nous aimerions pouvoir le faire en direct», a déclaré le leader des manifestants, Suthep Thaugsuban, à une foule en liesse.

Les manifestations de vendredi ont été organisées deux jours après que Mme Yingluck ait été chassée du pouvoir par la Cour constitutionnelle, pour abus de pouvoir. Les partisans de Mme Yingluck et plusieurs analystes y voient une décision politique.

Le jugement a néanmoins revigoré l'opposition. M. Thaugsuban a déclaré à ses partisans, vendredi soir, que le Sénat devrait choisir un nouveau premier ministre, puisque la Chambre basse est dissoute depuis décembre.

Un nouveau président du Sénat sympathique à l'opposition, Surachai Leangbunlertchai, a été élu par ses collègues vendredi soir. M. Suthep lui a demandé de faire tout en son pouvoir «pour présenter le nom d'un nouveau premier ministre au roi immédiatement».

«Cette affaire doit avoir été résolue d'ici lundi, a averti M. Suthep, qui a ajouté que les manifestants sont prêts à s'emparer eux-mêmes des bureaux du premier ministre. Si ce n'est pas fini à ce moment, nous le ferons nous-même.»

Les décisions judiciaires ont provoqué la colère des partisans de Mme Yingluck, les Chemises rouges, qui ont organisé une gigantesque manifestation samedi pour témoigner de leur appui envers un gouvernement qui a été facilement élu en 2011. Les adversaires de l'ancienne première ministre manifesteront eux aussi à quelques kilomètres de là, et certains redoutent des affrontements.

PLUS:pc