NOUVELLES

Canadien - Bruins - Matt Fraser, la carte cachée de Boston

09/05/2014 04:40 EDT | Actualisé 09/07/2014 05:12 EDT

BOSTON - Si Matt Fraser souhaitait sortir de l'anonymat, c'est réussi. Un but en prolongation plus tard, il était le joueur le plus en vue dans le vestiaire des Bruins, vendredi matin, au lendemain du match 4 de la série contre le Canadien.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Cela dit, Fraser, une recrue de 23 ans, souhaite laisser une bien plus grande marque dans la Ligue nationale que son but en prolongation à son tout premier match en séries.

« Personne ne veut être reconnu comme une vedette éphémère (« one-hit wonder »), a dit l'attaquant, après l'entraînement optionnel de vendredi, auquel il n'a pas participé. Tu imagines toujours marquer ces buts, mais tu ne penses pas que ce sera toi. Je veux juste aider l'équipe tous les soirs. Quand les entraîneurs se demandent qui employer, ils peuvent me regarder et savoir que je peux faire ma part. »

Un long parcours

C'est un chemin tortueux qu'a emprunté Fraser pour devenir le héros du match 4 pour les Bruins. Sa carrière chez les juniors a décollé sur le tard, lui qui a connu son éclosion à 19 ans, avec une saison de 32 buts avec l'Ice de Kootenay en 2009-2010. C'est seulement en novembre 2010, pendant qu'il disputait sa saison de 20 ans dans la Ligue de l'Ouest (WHL), que les Stars de Dallas lui ont fait signer un contrat.

Après avoir connu deux campagnes de 30 buts dans la Ligue américaine, l'athlète de Red Deer, en Alberta, a été un des quatre joueurs sacrifiés par les Stars pour obtenir les attaquants Tyler Seguin et Rich Peverley, à l'été 2013.

« Je jouais au golf et ma sœur m'a appelé pour me demander si j'avais été échangé. Je lui ai dit : laisse-moi tranquille. Deux trous plus tard, j'ai vu que j'avais manqué 20 appels et que j'avais reçu plein de SMS! Mon premier appel a été à elle pour m'excuser! »

Au-delà des circonstances loufoques dans lesquelles il a appris la transaction, Fraser retire du positif de ce changement.

« Une fois que tu assimiles le choc, tu réalises que c'est un business et que ces choses-là peuvent arriver. Tu dois regarder les points positifs. À Boston, il n'y a pas seulement les Bruins, il y a les Celtics, les Red Sox, les Patriots. C'est une culture de gagnants ici. »

Depuis que cette transaction a été conclue, il a surtout été question de Loui Eriksson et Reilly Smith à Boston. Mais s'il prend sa place dans la formation, Fraser constituera un autre atout pour les Bruins dans ce qui représentait une décision audacieuse de se départir du talentueux Seguin.

Pour l'instant, Fraser a au moins gagné le droit de disputer un match de plus...

« On devrait le voir dans la formation demain. Je peux même dire que c'est une certitude », a laissé tomber Claude Julien, sourire en coin.

INOLTRE SU HUFFPOST

Séries 2014 - Deuxième ronde: Canadien - Bruins