NOUVELLES

Syrie: les rebelles pulvérisent l'hôtel Carlton à Alep, 14 morts

08/05/2014 07:43 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT

Les rebelles ont fait exploser jeudi le célèbre hôtel Carlton à Alep, faisant au moins 14 morts parmi les soldats et les miliciens pro-régime qui occupent l'établissement depuis le début du conflit en Syrie, rapporte une ONG.

"Au moins 14 soldats gouvernementaux et supplétifs ont été tués lorsque les brigades rebelles islamistes ont pulvérisé l'hôtel historique Carlton dans la Vieille ville d'Alep, à l'aide d'une grande quantité d'explosifs placés dans un tunnel" creusé sous l'établissement, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Des terroristes ont visé l'hôtel Carlton déclenchant une puissante explosion qui a provoqué sa destruction totale et la destruction de bâtiments historiques environnants", a indiqué pour sa part la télévision d'État, en référence aux rebelles qualifiés de "terroristes" par le régime.

Une vidéo diffusée par le Front islamique, principale coalition rebelle, qui a revendiqué l'attentat, montre un énorme champignon ocre à côté de la fameuse citadelle d'Alep puis des tirs.

L'hôtel Carlton, situé en face de l'entrée de la citadelle, était jusqu'en juillet 2012, l'un des établissements les plus chics de l'ex-capitale économique de Syrie avant qu'elle ne soit ravagée par les combats. Il était composé d'une partie ancienne, un hôpital du 19e siècle réhabilité auquel a été adjointe une construction moderne, soit au total 90 chambres.

La Vieille ville d'Alep, tout comme la métropole, est divisée entre rebelles et loyalistes et la citadelle du 13e siècle se trouve dans la partie contrôlée par les forces gouvernementales au sud d'une sorte de ligne de démarcation alors que les rebelles se trouvent au nord de la citadelle.

Les rebelles tentent d'avancer vers les positions loyalistes dans ce secteur en recourant entre autres à des explosifs pour faire sauter les bâtiments.

Deuxième ville de Syrie, Alep est entrée dans l'engrenage de la guerre à l'été 2012, à l'issue d'une offensive des rebelles qui tentent depuis trois ans de renverser le régime de Bachar al-Assad.

ram/sk/feb

PLUS:hp