NOUVELLES

Ottawa soutient la téléréalité «Border Security» malgré un avis contraire

08/05/2014 02:13 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le gouvernement conservateur a confirmé sa participation à une troisième saison de l'émission de téléréalité controversée «Border Security», malgré un avis contraire par écrit du patron de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

Dans une note de service de quatre pages envoyée en octobre dernier au ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, le président de l'ASFC, Luc Portelance, écrivait «ne pas être en mesure de recommander (le soutien) à une troisième saison» de la téléréalité.

La note, obtenue par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, souligne que l'émission a soulevé la colère de groupes de défense des libertés civiles, et fait face à une plainte formelle relativement à la protection de la vie privée. La recommandation écrite conclut que «le ratio avantages/inconvénients est discutable».

Néanmoins, l'agence indique que le ministre Blaney a donné son accord en janvier dernier à la participation du fédéral à une nouvelle saison de l'émission. Le tournage est en cours en Colombie-Britannique et en Ontario.

«Border Security: Canada's Front Line», qui a commencé à être diffusée sur la chaîne de National Geographic en 2012, relate le travail des agents frontaliers avec le public. La série non scénarisée a été vue par plus de 11 millions de Canadiens et diffusée dans plus de 50 autres pays.

L'agence fédérale fournit annuellement à l'émission 200 000 $ en soutien aux communications, en plus d'une participation limitée du personnel de l'agence.

Dans la note du 9 octobre 2013, M. Portelance affirme que l'émission offre de bons résultats pour l'argent investi, et une manière innovatrice d'informer les Canadiens sur le travail de l'agence. Il ajoute toutefois qu'elle n'est pas «directement liée aux priorités clés ou aux activités principales» de l'agence gouvernementale.

Le porte-parole de M. Blaney, Jason Tamming, a confirmé à La Presse Canadienne que le ministre avait donné son feu vert à une nouvelle saison, sans donner plus de détails.

L'Agence des services frontaliers du Canada a changé sa position sur le soutien à l'émission de téléréalité, bien que les motifs demeurent flous. L'agence s'est engagée pour une troisième saison «à la suite de discussions internes approfondies, et avec le soutien du ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile», indique par courriel le porte-parole de l'agence, Luc Nadon.

PLUS:pc