NOUVELLES

Oklahoma: arrêt des exécutions pendant six mois après la torture d'un condamné à mort

08/05/2014 05:03 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
FILE - This November 2005 file photo shows the death chamber at the Southern Ohio Corrections Facility in Lucasville, Ohio. The sole U.S. manufacturer of a key lethal injection drug said Friday, Jan. 21, 2011 that it is ending production because of death-penalty opposition overseas _ a move that could delay executions across the United States. The current shortage of the drug in the U.S. has delayed or disrupted executions in Arizona, California, Kentucky, Ohio and Oklahoma. (AP Photo/Kiichiro Sato, File)

La cour pénale d'appel de l'Oklahoma a ordonné jeudi l'arrêt des exécutions pendant six mois dans cet Etat du sud, où un condamné à mort a été exécuté dans d'apparentes souffrances le 29 avril.

Dans son arrêt obtenu par l'AFP, la Cour donne raison à un condamné à mort, Charles Warner, qui devait être initialement exécuté le 29 avril, deux heures après Clayton Lockett, qui a succombé au terme d'une agonie de plus de 40 minutes.

La Cour fixe la date du 13 novembre pour l'exécution de Charles Warner. Aucune autre exécution n'était programmée en Oklahoma.

Mais elle accède aussi aux voeux de l'Oklahoma, qui avait indiqué qu'il acceptait un arrêt de six mois des exécutions.

Dans un document judiciaire déposé jeudi devant cette cour d'appel, Seth Branham, ministre adjoint de la Justice, prévenait que "l'Etat ne s'opposerait pas au report de 180 jours" de l'exécution de Charles Warner.

Il jugeait cependant un "arrêt indéfini injustifié", contrairement à ce qu'avait prôné son directeur des prisons, au lendemain de l'exécution controversée.

Clayton Lockett, condamné pour le viol et le meurtre d'une jeune femme, avait succombé à une crise cardiaque 43 minutes après l'injection d'un nouveau cocktail létal, contre une dizaine de minutes habituellement, suscitant une vive controverse.

Le président Barack Obama, qui se dit partisan de la peine de mort pour les crimes haineux, avait qualifié cette exécution de "profondément dérangeante", ordonnant une révision complète des procédures d'exécution dans le pays.

Charles Warner, condamné à mort pour le viol et le meurtre de la fillette de 11 mois de sa compagne, devait être exécuté deux heures après Lockett. Son exécution a été immédiatement reportée de 15 jours après la confusion qui a entouré celle de Lockett.