NOUVELLES

Homs: des civils et des soldats syriens également libérés (rebelles)

08/05/2014 09:50 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT

L'accord sur l'évacuation des rebelles de leur dernier carré de Homs (centre) s'est traduit par la libération de 40 alaouites, une Iranienne et 30 soldats syriens détenus par les insurgés, a affirmé jeudi à l'AFP un porte-parole rebelle.

Selon l'accord, "30 militaires, dont un officier, détenus à Alep ainsi qu'une Iranienne", ont recouvré la liberté, a expliqué ce responsable du Front islamique, principale coalition rebelle impliquée dans l'accord.

En outre, "40 civils alaouites qui étaient aux mains (des jihadistes) de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et qu'ils avaient abandonnés après s'être retirés de la province de Lattaquié", ont été libérés, a indiqué ce chef rebelle basé à Alep (nord).

Selon des militants des droits de l'Homme à Lattaquié (ouest), les 40 alaouites, religion du président Bachar al-Assad, sont des femmes et des enfants.

Quinze femmes et enfants ont été libérés mercredi et 25 autres jeudi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Jeudi, la télévision officielle a fait état de ces libérations sans mentionner toutefois celles des soldats et de l'Iranienne, libérés mercredi.

Les 40 femmes et enfants alaouites faisaient partie de la centaine de personnes kidnappées par les jihadistes en août 2013 lors d'une offensive contre des villages alaouites de la région de Lattaquié avec d'autres rebelles.

Le sort de 60 autres femmes et enfants reste inconnu.

Des rebelles avaient dans un premier temps affirmé que l'accord pour la sortie de plus d'un millier de rebelles de la Vieille ville concernait aussi la libération de combattants libanais, iraniens et syriens.

L'accord de Homs est sans précédent car il s'agit du premier arrangement conclu entre le régime et les rebelles, notamment le Front islamique, sous la supervision de l'ambassadeur d'Iran à Damas.

ser/sk/emb/sw

PLUS:hp