NOUVELLES

GB: la police de Londres équipe ses uniformes de caméras

08/05/2014 05:46 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT

Cinq cent officiers de police londoniens vont porter des caméras sur leur uniforme, à titre d'expérimentation, a annoncé jeudi Scotland Yard qui vise plus d'efficacité mais aussi de transparence dans ses interventions.

"Nos expériences passées montrent que les gens reconnaissent plus facilement leurs torts lorsqu'il savent que l'incident a été capturé par une caméra.

"Cela permet d'accélérer le cours de la justice, de mettre les délinquants en prison plus rapidement et de protéger des victimes potentielles", a souligné le patron de Scotland Yard, Bernard Hogan-Howe

La caméra n'est censée tourner qu'en cas d'intervention et après que les personnes filmées ont été averties de son utilisation. Les victimes potentielles peuvent demander à ce qu'on l'éteigne, mais pas le suspect.

La police va ensuite stocker les enregistrements pendant un mois sur un serveur avant de les effacer, sauf si les images peuvent servir dans le cadre d'une enquête.

L'initiative doit également permettre de désamorcer les tensions pouvant naître à l'occasion d'une intervention.

"Je veux croire que cela va également montrer nos officiers sous leur meilleur jour, à gérer au quotidien des situations délicates et dangereuses. Cela permettra en même temps d'avoir des éléments plus précis au cas où on nous accuse de quelque chose. C'est à la fois dans notre intérêt et dans celui du public", a ajouté Bernard Hogan-Howe.

La police de Londres, qui a déjà testé différents dispositifs ces dernières années, a décidé d'accélérer la mise en place des caméras après la polémique sur les circonstances controversées de la mort d'un homme, Mark Duggan, tué par des officiers en 2011.

L'incident avait provoqué les pires émeutes au Royaume-Uni depuis plus d'un quart de siècle.

La justice britannique a conclu en janvier que les officiers de police, dont aucun n'était équipé d'une caméra, avaient agi "dans leur droit". Mais la famille du jeune père de six enfants a continué à dénoncer une "exécution".

jk/dh/ml

PLUS:hp