NOUVELLES

Forum de St-Pétersbourg: des patrons de sociétés étrangères refusent d'y participer (presse)

08/05/2014 04:58 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Une trentaine de directeurs de sociétés étrangères se sont désinscrits de la liste des participants au forum économique de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), en lien avec les tensions entre la Russie et l'Occident autour de l'Ukraine, a rapporté jeudi le quotidien pro-Kremlin Izvestia.

Selon le journal, qui affirme avoir comparé les listes initiales des participants avec la dernière version publiée, 34 directeurs de sociétés étrangères se sont finalement rétractés et ne participeront pas au forum, prévu dans la deuxième ville russe du 22 au 24 mai.

"Rien que ces derniers jours, entre le 2 et le 6 mai, les PDG de deux sociétés aux Etats-Unis et d'une en Allemagne ont indiqué refuser de participer" au forum, qui se veut une grand-messe des affaires réunissant chaque année dans l'ancienne capitale impériale des centaines d'investisseurs russes et étrangers, a écrit le journal.

Izvestia précise que côté allemand il s'agit en particulier du président de Siemens Joe Kaeser et du patron de Deutsche Bank Jürgen Fitschen.

Un porte-parole de Deutsche Bank a cependant démenti cette information.

"Jürgen Fitschen n'a jamais confirmé sa participation au forum" étant donné que l'ouverture du forum coïncide avec la tenue de la réunion annuelle de la banque en Allemagne le 22 mai, a déclaré à l'AFP Dmitri Aguichev, porte-parole du groupe en Russie.

Selon Izvestia, 14 directeurs de sociétés américaines se sont désinscrits, dont ceux de Visa Inc, de PepsiCo Inc, ou de Cisco Systems Inc, ainsi que d'autres patrons de sociétés européennes, mais aussi asiatiques ou d'Amérique du Sud.

Interrogé à l'antenne de la radio Echo de Moscou sur le refus de plusieurs groupes américains, Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe Vladimir Poutine, a estimé que cette décision leur avait été imposée par le gouvernement des Etats-Unis, alors que l'Occident a adopté des sanctions contre la Russie en lien avec la crise en Ukraine.

"Ce ne sont pas des décisions des sociétés mais des mesures forcées. Le refus de participer est lié à la pression qu'elles subissent", a-t-il dit mercredi soir.

"Nous comprenons ces sociétés. Nombre d'entre elles cherchent quand même un moyen de participer et vont participer (au forum, ndlr). Nous savons que nombre d'entre elles ont des projets pour renforcer leurs activités ici", a-t-il ajouté.

lap/lpt/plh

PLUS:hp