NOUVELLES

Négociations à Québec: la ville conclut une entente de principe avec ses cols bleus

08/05/2014 05:59 EDT | Actualisé 08/07/2014 05:12 EDT
Agence QMI

QUÉBEC - La Ville de Québec a conclu une entente de principe en vue du renouvellement de la convention collective de ses cols bleus.

C'est ce que le Syndicat des employés manuels, affilié au Syndicat canadien de la fonction publique, a annoncé par voie de communiqué, jeudi.

L'accord prévoit un contrat de travail d'une durée de huit ans, soit de 2011 à 2018, et couvre l'ensemble des conditions de travail des cols bleus. On y retrouve notamment une entente sur le régime de retraite des employés, sans référence à la question des déficits passés.

La Ville et le syndicat ont convenu de ne pas dévoiler ni commenter le contenu de l'accord de principe avant que les cols bleus en aient pris connaissance en assemblée générale.

Dans la Vieille Capitale, environ 1100 travailleurs appartiennent à cette catégorie d'employés. Ils sont sans convention collective depuis la fin de l'année 2010.

Des dizaines de séances de pourparlers ont eu lieu depuis.

Ces négociations auront été marquées par une plainte des cols bleus à l'endroit du maire Régis Labeaume pour «négociation de mauvaise foi» et «ingérence dans les affaires syndicales».

Le maire de Québec avait notamment affirmé, à l'automne 2013, que les contribuables n'avaient pas à payer pour «engraisser les caisses des syndicats».

INOLTRE SU HUFFPOST

Les plus grands syndicats du Québec