NOUVELLES

Torstar s'attend à des changements après la vente des romans Harlequin

07/05/2014 07:23 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

TORONTO - L'éditeur Torstar (TSX:TS.B) affirme entrer dans une nouvelle période de changements qui pourrait voir de nouvelles réductions de coûts et acquisitions, après avoir annoncé la semaine dernière la vente de sa division des romans à l'eau de rose Harlequin.

«Pour les entreprises des médias, l'environnement d'exploitation a évolué rapidement depuis plus d'une décennie», a affirmé le président et chef de la direction de Torstar, David Holland, lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de la société.

«Il est indéniable que la cadence de ce changement a accéléré.»

Le thème du changement était omniprésent lors de la présentation de la société, qui détient le quotidien Toronto Star et d'autres journaux, à la suite du dévoilement de ses plus récents résultats financiers.

Mais les questions de l'auditoire, composé d'investisseurs et d'employés, se sont attardées en partie sur la route que compte emprunter Torstar maintenant qu'elle a vendu sa division Harlequin, autrefois considérée comme un élément clé de ses activités, pour 455 millions $ en espèces.

M. Holland a indiqué que le groupe médiatique News Corp. avait d'abord soumis une offre non sollicitée à Torstar, et que la décision de vendre était complètement «opportuniste» et n'avait rien à voir avec sa situation financière.

«Il n'y avait absolument aucun besoin de le faire, a-t-il dit. L'état financier de Torstar est très solide.»

Torstar garde un «esprit ouvert» face aux occasions d'affaires qui pourraient survenir du côté des médias numériques, notamment en ce qui a trait à de possibles acquisitions.

Les journalistes du Toronto Star ont retiré leurs signatures de leurs articles avant l'assemblée annuelle en guise de protestation contre les récentes mises à pied dans les journaux du groupe et contre l'intention de l'éditeur de créer une classe distincte de journalistes pour ses médias numériques, qui seraient moins bien rémunérés.

Torstar a fait état mercredi d'un bénéfice du premier trimestre de 7,1 millions $, soit 9 cents par action, ce qui représente une croissance de 69 pour cent par rapport à la même période un an plus tôt, alors que son profit s'était chiffré à 4,2 millions $, ou 5 cents par action.

Mais les revenus ont reculé à 310,5 millions $ au plus récent trimestre, une baisse de 6,6 pour cent vis-à-vis de l'an dernier, en raison de la faiblesse du marché publicitaire.

Le bénéfice ajusté s'est établi à 14 cents, un résultat semblable à celui de l'an dernier et conforme aux attentes des analystes.

Dans le secteur des médias, le bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement a grimpé de 2,8 millions $ à 17,6 millions $ grâce aux mesures de réductions de coûts, mais les revenus ont diminué de 14,6 millions $ à 211,3 millions $.

Les réductions de coûts restent un élément important pour Torstar, a indiqué M. Holland, en précisant que le secteur des médias s'attendait à réaliser des économies de 17,1 millions $ pendant le reste de l'exercice grâce aux mesures de restructuration mises en place au premier trimestre.

Torstar a inscrit une charge de restructuration de 3,6 millions $ au premier trimestre, avec l'élimination d'environ 55 postes et d'autres mesures de réductions de coûts.

L'action de Torstar a avancé mercredi de 3 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 7,73 $.

PLUS:pc