NOUVELLES

Six joueurs du Canadien ont eu droit à un jour de répit avant le 4e match de jeudi contre les Bruins de Boston (VIDÉO)

07/05/2014 02:07 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - À entendre parler certains — y compris des gens de Montréal —, le Canadien n'avait aucune chance de venir à bout des Bruins de Boston. Et pourtant, c'est la formation de Michel Therrien qui mène la série 2-1 à la veille du quatrième affrontement de la série entre les deux équipes, qui sera disputé jeudi au Centre Bell.

Et cette avance de deux matchs à un, les joueurs du CH l'ont obtenue à force de s'atteler à la tâche avec une discipline sans pareille. C'est ce qui leur a permis de combler l'écart théorique qui les sépare des hommes de Claude Julien.

«J'aime l'engagement de nos joueurs. Tout le monde cherche à faire les ajustements nécessaires et les joueurs se préparent de façon exceptionnelle», a noté Therrien après l'entraînement de mercredi à Brossard, tenu en l'absence de six joueurs qui ont eu droit à un répit — les attaquants Tomas Plekanec, Rene Bourque et Thomas Vanek, ainsi que les défenseurs Josh Gorges, Alexei Emelin et Andrei Markov.

«On croit en notre équipe, a commenté Daniel Brière. Même s'il y a des experts qui ne croyaient pas en nos chances contre Boston, on essaie d'ignorer ça le plus possible, de se servir de ça comme motivation.»

«Ce que j'ai remarqué en arrivant ici, c'est que les joueurs prennent à coeur le rôle qu'on leur donne, peu importe le rôle, a indiqué Dale Weise. Et tout le monde trouve le moyen de faire sa part.»

«Nous savons que les Bruins ont plusieurs vétérans qui savent répondre à toutes les situations, alors c'est à nous de leur rendre la vie la plus difficile possible, a affirmé Brendan Gallagher. Nous tâchons de les forcer à s'éloigner de leurs habitudes, d'éviter les revirements et d'essayer de les épuiser petit à petit, en espérant que ça finisse par rapporter.»

Et ce qui rapporte au Canadien, justement, c'est que les joueurs s'attardent à réaliser une série de petits jeux qui finissent par faire une grande différence.

«Les deux équipes sont bien dirigées et bien structurées, alors il n'y aura pas beaucoup d'erreurs, a souligné Gallagher. C'est du hockey difficile à disputer, mais nous y prenons plaisir quand même.»

Pendant que les joueurs du Tricolore respectent les consignes à la lettre, chez les Bruins, on semble pécher par négligence à certains égards. D'ailleurs, Jordan Caron a reconnu que les Bruins ne sont pas la même équipe quand ils affrontent le Tricolore.

«Il faut faire attention à ça, a souligné Caron. Il ne faut pas trop s'emporter. Il faut jouer, justement, comme on le fait contre les autres équipes. Parfois, on change notre style un peu (contre le CH), mais ce n'est pas ça qu'il faut faire. Il faut jouer comme on le fait contre les 28 autres équipes dans la ligue, ne pas se mettre de pression parce que c'est Montréal.»

Claude Julien est quant à lui d'avis que ses joueurs devront afficher un niveau de concentration plus soutenu afin d'éviter les erreurs qui ont mené aux buts du Canadien jusqu'ici dans la série.

«On a laissé des joueurs sans couverture, des joueurs qui se faufilaient parfois derrière nos défenseurs. Mais ça, ça se corrige. Il faut être plus alerte afin de repérer ces joueurs-là rapidement», a dit l'entraîneur des Bruins après l'entraînement des siens à Brossard, auquel ont participé une poignée de réservistes et de joueurs peu utilisés depuis le début des séries.

Julien a reconnu que certains de ses joueurs sont frustrés par le piètre niveau de jeu qu'ils ont affiché jusqu'ici dans la série, mais il a du même coup affirmé que ceux-ci continuent d'afficher une belle confiance.

«Ils savent qu'ils doivent être meilleurs et ils vont être meilleurs (jeudi), a dit l'ancien entraîneur du CH. On peut se fier au fait que ces gars-là vont jouer le match dont ils sont capables.

«C'est 2-1 dans la série, ce n'est pas la fin du monde, il faut batailler pour revenir, a ajouté Julien. Il n'y a pas de raison de paniquer. On n'a pas paniqué dans le passé et on ne cèdera pas plus à la panique maintenant.»

«Il faudra connaître un fort début de match et rester positif tout au long de la soirée par la suite», a dit Caron de la rencontre de jeudi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Séries 2014 - Deuxième ronde: Canadien - Bruins