POLITIQUE

Nouveau ministre de l'Environnement: David Heurtel souhaite une «approche globale» sur les hydrocarbures

07/05/2014 05:01 EDT | Actualisé 07/05/2014 05:05 EDT
PC

Le nouveau ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, David Heurtel n’entend pas statuer tout de suite sur l’avenir du développement de l’île d’Anticosti. Ce dernier souhaite prendre son temps afin d’arriver avec une «approche globale» qui toucherait l’ensemble du développement des hydrocarbures, a-t-il confié en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

«Il y a plusieurs dossiers parmi d’autres qu’il faut étudier, a-t-il lancé en entrevue. Mais, au lieu de prendre les dossiers à la pièce, c’est-à-dire séparément, on va les regarder de façon rigoureuse et les intégrer dans une approche globale.»

En campagne électorale, le Parti libéral du Québec s’était engagé à soumettre au Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) l’exploration du pétrole de schiste sur l’île d’Anticosti, en plus de commander une évaluation environnementale stratégique sur l’ensemble de la filière de l’exploitation des hydrocarbures.

Un engagement, toutefois, sur lequel le ministre s’est montré prudent et qu'il n’a pas réitéré. «On souhaite aller vers une approche globale pour les hydrocarbures, a-t-il évoqué. Il n’y a pas de décision prise pour le moment pour l’ensemble. Quand on va arriver à une conclusion, on va la communiquer», a-t-il poursuivi.

Le ministre n'a pas précisé si une telle approche s’incarnerait dans une éventuelle politique environnementale.

Même réponse en ce qui a trait au projet de l’oléoduc de TransCanada. «Il n’a rien d’exclu pour le moment […]. Et on poursuit la réflexion», dit-il, indiquant que ce dossier fera aussi partie d’une approche globale touchant l’ensemble des hydrocarbures.

Or, le nouveau ministre s’est dit «très impressionné» par le rapport déposé par la Maison-Blanche concernant le réchauffement climatique. Un rapport, dit-il, qui fait une «excellente synthèse» de la situation et du «travail à faire.»

Électrification des transports

Au sujet du développement du transport en commun, le ministre estime que «l’électrification des transports fait partie de la solution». Il a mentionné, d’ailleurs, avoir une oreille attentive de la part du nouveau ministre des Transports, Robert Poëti.

Par contre, comme les autres dossiers, il entend soumettre ce dernier à «l’intérieur d’une approche globale», et ce, tout en continuant «d’appuyer le développement du transport collectif» au Québec.

Mobiliser et conscientiser

Interrogé sur sa vision de l’Environnement et du développement durable, le nouveau ministre souhaite, entre autres, «un Québec qui est plus conscientisé des impacts »et des conséquences «du gaz à effet de serre.»

Pour ce faire, il pense qu’il faut continuer «à communiquer, faire de la pédagogie et expliquer» à la population l’impact des gaz à effet de serre. «Il faut expliquer pour mobiliser l’ensemble de la population afin d’avoir un environnement plus propre», dit-il.

Environnement et développement durable

David Heurtel a également rappelé que le premier ministre, Philippe Couillard, a déjà apporté un changement important en, notamment, «changeant le nom du ministère» en celui de ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte aux changements climatiques.

«Longtemps, on voyait l’environnement comme étant en opposition. Maintenant, il faut voir l’environnement comme une partie intégrante du développement économique», dit-il, précisant que «ses collègues sont également très motivés» par cette approche.

David Heurtel souhaite également être un «ministre à l’écoute» des préoccupations des différents groupes et associations environnementales. Il a dit, d’ailleurs, avoir eu déjà plusieurs «rencontres très productives» avec certains d’entre eux.

«Je veux aller vers les forces vives et à la rencontre de tous les partenaires dans toutes les régions, dit-il. Je veux être un ministre à l’écoute et aller vers une stratégie inclusive.»

Le nouveau ministre s’est également exprimé sur le développement des technologies propres où, dit-il, le «Québec doit continuer à jouer un rôle de leader à travers le Canada, mais aussi dans le monde», a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le cabinet ministériel de Philippe Couillard