NOUVELLES

Nigeria: les événements depuis l'enlèvement des lycéennes par Boko Haram

07/05/2014 12:50 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Rappel des événements depuis l'enlèvement dans le nord-est du Nigeria de plus de 200 adolescentes à la mi-avril par le groupe islamiste armé Boko Haram.

Cet enlèvement sans précédent continue de susciter l'émotion et la solidarité internationales, et des centaines de milliers d'anonymes et de célébrités ont pris d'assaut les réseaux sociaux avec le hashtag #BringBackOurGirls pour attirer l'attention sur le sort des lycéennes.

--AVRIL 2014--

- 14: 276 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans sont enlevées dans leur dortoir par des hommes armés qui attaquent un lycée de Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est), fief historique de Boko Haram. Ceux-ci obligent les lycéennes à sortir et les font monter dans des camions avant de s'enfoncer dans la végétation dense de cette région. Plusieurs dizaines d'adolescentes réussissent à s'enfuir.

- 29: Les parents des lycéennes dénoncent l'inaction des autorités, s'inquiétant des informations évoquant la vente et le mariage forcé de leurs filles dans des pays frontaliers.

--MAI--

- 1er: Des centaines de parents se rassemblent pour une marche de protestation à Chibok, appelant à l'aide le gouvernement et la communauté internationale.

- 2: La police, sous le feu des critiques des parents, indique que des membres de Boko Haram détiennent toujours 223 filles sur les 276 enlevées.

- 4: Nouveau rapt de jeunes filles attribué au groupe. Onze filles âgées de 12 à 15 ans sont enlevées dans les villages de Warabe et Wala (Etat de Borno).

- 5: Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, revendique le kidnapping des lycéennes, qu'il veut "vendre" comme "esclaves" et "marier" de force, dans une vidéo obtenue par l'AFP.

- 7: La police offre 50 millions de nairas (215.000 euros) pour des informations permettant de les retrouver.

- 9: Amnesty International affirme que l'armée avait été informée de l'imminence d'une attaque de Boko Haram mais n'a pas réagi, notamment faute de moyens. L'armée rejette ces accusations.

Le Conseil de sécurité affirme que les exactions peuvent "constituer des crimes contre l'humanité".

- 10: Arrivée d'une équipe d'experts français spécialisés dans le renseignement pour participer aux recherches. Des experts américains et britanniques sont déjà sur place. La Chine a aussi proposé son aide.

- 12: Le chef de Boko Haram diffuse une nouvelle vidéo montrant une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes enlevées, affirmant les avoir converties à l'islam et exigeant la libération de prisonniers islamistes détenus par l'Etat en échange de celle des jeunes filles.

- 13: L'ensemble des filles apparaissant dans la dernière vidéo sont identifiées comme faisant partie des lycéennes enlevées (gouverneur).

- 14: Le président Goodluck Jonathan exclut de libérer des prisonniers de Boko Haram en échange des lycéennes, selon un ministre britannique en visite au Nigeria.

L'armée américaine utilise des drones de surveillance et des avions pour aider aux recherches (Pentagone).

- 15: Les Etats-Unis fustigent la "lenteur inacceptable" du Nigeria pour répondre à la crise.

- 16: Le président Jonathan annule une visite annoncée à Chibok.

- 17: Cinq chefs d'Etat africains réunis à Paris autour du président français François Hollande adoptent un plan d'action régional pour lutter contre Boko Haram, devenu "une menace majeure" en Afrique.

acm/de

PLUS:hp