NOUVELLES

Nigeria: 11 adolescentes enlevées par Boko Haram dimanche

07/05/2014 05:21 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT
PIUS UTOMI EKPEI via Getty Images
One of the mothers of the missing Chibok school girls wipes her tears as she cries during a rally by civil society groups pressing for the release of the girls in Abuja on May 6, 2014, ahead of World Economic Forum. Members of civil society groups marched through the streets of Abuja and to the Nigerian defence headquarters to meet with military chiefs, to press for the release of more than 200 Chibok school girls abducted three weeks ago. Suspected Boko Haram Islamists have kidnapped eight more girls from Nigeria's embattled northeast, residents said on May 6, after the extremist group's leader claimed responsibility for abducting more than 200 schoolgirls last month and said in a video he was holding them as 'slaves' and threatened to 'sell them in the market'. AFP PHOTO/PIUS UTOMI EKPEI (Photo credit should read PIUS UTOMI EKPEI/AFP/Getty Images)

Le nombre de jeunes filles enlevées dimanche lors du dernier rapt attribué au groupe islamiste armé Boko Haram dans le nord-est du Nigeria s'élève à 11, selon un nouveau bilan donné mercredi par un responsable local.

Après avoir attaqué un village dans l'Etat de Borno, dimanche soir, et enlevé huit adolescentes, les ravisseurs ont attaqué un deuxième village tout proche et "enlevé trois autres filles", a déclaré à l'AFP Hamba Tada, un responsable municipal.

Au total, "les combattants de Boko Haram ont enlevé 11 filles âgées de 12 à 15 ans dans les villages de Warabe et Wala", a-t-il précisé.

L'annonce de ces nouveaux rapts intervient après à la revendication, dans une vidéo obtenue par l'AFP, par Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, de l'enlèvement de 276 adolescentes dans une école secondaire de Chibok, également dans l'Etat de Borno.

Borno est l'épicentre de l'insurrection menée par le groupe islamiste depuis cinq ans, et la région de Gwosa, où se trouvent les villages de Warabe et Wala, a souvent été la cible d'attaques.

Selon M. Tada et d'autres témoins, les ravisseurs n'ont tué ou blessé personne dimanche, se contentant de faire du porte-à-porte à la recherche de jeunes filles.

Boko Haram, qui veut dire "L'éducation occidentale est un péché" en haoussa, la langue la plus parlé dans le nord du Nigeria, a commis plusieurs attaques dans des écoles, des écoles secondaires et des universités par le passé, mais ces enlèvements en masse d'adolescentes sont un fait nouveau.

La menace de Boko Haram de vendre comme "esclaves" les élèves enlevées mi-avril à Chibok, brandie par le chef du groupe islamiste, a suscité une indignation mondiale.

Le président américain Barack Obama a déclaré mardi soir qu'une équipe d'experts américains, composée de militaires et policiers notamment, avait déjà été envoyée sur place pour aider les autorités nigérianes à retrouver les jeunes filles enlevées.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mouvements islamistes en Afrique