NOUVELLES

Mondial-2014 - Brésil/Scolari: "huit, neuf, dix titulaires"

07/05/2014 12:39 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

"Tout le monde au Brésil sait qu'il y a huit, neuf, dix titulaires", a dit mercredi l'entraîneur de la Seleçao, Luiz Felipe Scolari, après avoir divulgué la liste de ses 23 joueurs convoqués pour le Mondial-2014.

Q: Quel a été votre plus grand doute dans l'établissement de la liste?

R: "Là où on a jeté un dernier coup d'oeil, en observant tout une série de détails, c'était pour choisir le quatrième défenseur central. On a discuté avec le staff technique et on s'est décidé pour Henrique".

Q: Pourquoi convoquer 23 joueurs alors que la Fifa vous en demande 30?

R: "Appeler trois ou quatre joueurs en plus puis devoir les retirer, je ne crois pas que ce soit le plus adéquat, je ne partage pas cette idée. Je dois donner sept noms de plus à la Fifa, mais je n'ai pas besoin d'appeler un de ces sept si je devais en changer un. Ces sept, ce seront un gardien, un défenseur central, un latéral, deux milieux et deux attaquants".

Q: L'équipe qui a battu l'Espagne en finale de la Coupe des Confédérations sera-t-elle alignée contre la Croatie, en ouverture du Mondial?

R: "Contre la Croatie, je ne sais pas, ça dépend des détails, mais c'est la base. Tout le monde au Brésil sait qu'il y a huit, neuf, dix titulaires".

Q: Avez-vous parlé avec des joueurs récemment?

R: "Thiago Silva joue aujourd'hui (mercredi) le titre national (avec le PSG en France), hier on a parlé ensemble. On a parlé de son masque, il se demandait s'il devait l'enlever. Je lui ai dit de le garder et de le retirer le lendemain à l'entraînement. J'ai parlé avec Oscar pour lui dire de bien se soigner. C'est l'ambiance qu'on est en train de construire. Cafu a dit récemment que l'entraîneur devait construire une ambiance. Quand je suis allé en Europe, j'ai dit aux joueurs qu'ils seraient convoqués. C'était pour leur enlever le doute et former cette ambiance qui pour moi est spectaculaire".

Q: Quel est le rôle de Neymar en sélection?

R: "Il a une responsabilité plus grande en sélection qu'en club, pas seulement pour la création, pour la contre-attaque, mais aussi pour l'improvisation, des choses qu'il est le seul à pouvoir faire. Le groupe travaillera souvent pour lui, et lui parfois devra travailler pour le groupe".

Q: Etes-vous préoccupé par l'état physique de certains joueurs, comme Oscar ou Jô?

R: "Non. Nous ferons des examens physiques au début du rassemblement. Personne ne perd sa qualité technique. Oscar est un des meilleurs joueurs du monde, il peut avoir quelques difficultés physiques, il devra travailler correctement à partir du 26 mai pour arriver dans de bonnes conditions au Mondial. Pour Jô, le médecin de l'Atletico Mineiro a envoyé au nôtre les résultats des examens qui montrent qu'il sera remis avant le 26, donc pas d'inquiétude".

Q: Marcelo joue la finale de la Ligue des champions le 24 au soir...

R: "On va parler avec lui. Mais s'il gagnait, empêcher un joueur de retourner dans le pays de son club pour faire la fête, ce n'est pas juste. On va en discuter".

Q: Peu de joueurs ont l'expérience de la Coupe du monde...

R: "Six seulement. En 2002, les joueurs avaient plus d'expérience. Mais ils en prennent dans les compétitions qu'ils disputent. Ils ne sentiront pas beaucoup de différence entre les championnats européens ou les Coupes d'Europe et le Mondial. Ca ne fera pas tant de différence, et j'ai pleinement confiance en eux, pour avoir vécu avec eux. Et à partir du 7 juin, nous allons inviter quelques anciens champions du monde, avec du bagage et de l'influence, pour qu'ils nous aident, nous montrent ce qu'est une Coupe du monde".

Q: Comment les jeunes vont-ils gérer la pression?

R: "Ils jouent aussi pour prendre du plaisir, ils aiment ce qu'ils font. Ce qu'on doit faire, c'est apporter un équilibre tactique, mais ils doivent garder leur joie de jouer".

Propos recueillis en conférence de presse

ybl/gv

PLUS:hp