NOUVELLES

Le leader des Tatars de Crimée, lauréat du 1er prix Solidarité fondé par la Pologne

07/05/2014 07:06 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Le leader historique des Tatars de Crimée, Moustafa Djemilev, a été désigné lauréat du Prix Solidarité fondé par la Pologne, qui lui sera remis le 3 juin à Varsovie, en présence notamment du président Obama et de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, a annoncé mercredi le ministre polonais des Affaires étrangères.

"Le jury du Prix Solidarité présidé par le président Lech Walesa a décidé d'accorder ce prix à Moustafa Djemilev, qui oeuvre depuis des années en faveur du respect de la démocratie, des droits et des libertés civiques en Ukraine, surtout à l'égard de la population tatare", a annoncé M. Sikorski lors d'une conférence de presse.

"La décision a été prise à l'unanimité", a souligné le ministre.

Dissident à l'époque de l'URSS, M. Djemilev a passé une dizaine d'années dans des camps soviétiques. "Sa nation a été victime de déportations et c'est encore à l'époque soviétique qu'il aidait à organiser les premiers retours de Tatars en Crimée", a rappelé M. Sikorski.

"Dès le début, il soutient l'indépendance ukrainienne. Il vient d'être interdit d'accès en Crimée" par la Russie qui s'est rattaché ce territoire ukrainien, a ajouté le chef de la diplomatie polonaise.

Le prix Solidarité, accordé pour la défense de valeurs démocratiques, et doté d'un million d'euros, est composé de trois tranches: 250.000 euros iront directement au lauréat, 750.000 euros serviront à financer des programmes d'aide que le lauréat va désigner, et 50.000 euros serviront à organiser son voyage d'étude à travers la Pologne.

Varsovie a fondé ce prix pour marquer le 25e anniversaire des premières élections partiellement libres en Pologne, le 4 juin 1989, qui ont précipité la chute du communisme dans ce pays et dans la région.

"Le prix Solidarité doit rappeler que tout a commencé chez nous, que c'est chez nous que (le syndicat) Solidarité a commencé à détruire les murs qui se sont finalement effondrés", a expliqué M. Sikorski.

Selon Varsovie, le prix Solidarité sera accordé désormais chaque année.

Les candidats à ce prix ont été proposés par quinze personnalités mondiales dont Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, Aung San Suu Kyi, opposante birmane et prix Nobel de la paix, et Carl Bildt, le chef de la diplomatie suédoise.

sw/ea/abk

PLUS:hp