NOUVELLES

Fête de la Victoire: démonstration de force de Poutine en pleine crise ukrainienne

07/05/2014 03:37 EDT | Actualisé 06/07/2014 05:12 EDT

Le président russe Vladimir Poutine se prépare à une démonstration de force vendredi avec la célébration de la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie, une occasion de conforter un peu plus le patriotisme dans la pays en pleine crise avec les Occidentaux sur l'Ukraine.

Chaque année, la Russie célèbre la victoire des Alliés dans la Seconde guerre mondiale le 9 mai - la capitulation ayant été signé tard le soir du 8 mai à Berlin, soit le 9 mai heure de Moscou - avec un grand défilé militaire sur la place Rouge, au centre de Moscou.

Mais cet événement, par lequel la Russie fait montre de sa puissance militaire restaurée avec lance-missiles, chars d'assaut et bombardiers lourds, revêtira une importance encore plus cruciale cette année pour le Kremlin, à l'heure où il a de plus en plus recours aux références de la Seconde guerre mondiale pour parler de l'Ukraine.

Moscou compare les violences dans l'ex-république soviétique aux pires crimes nazis et accuse les Occidentaux de fermer les yeux.

La diplomatie russe a publié lundi un "Livre blanc" dans lequel elle dresse la liste des violations "massives" des droits de l'Homme qu'elle impute aux nationalistes ukrainiens, illustré d'images datant de l'occupation allemande de l'Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale.

La Russie n'a cessé de dénoncer le ralliement de nationalistes ukrainiens derrière la mémoire de Stepan Bandera, un leader nationaliste et antisoviétique qui collabora un temps avec les nazis pendant la Seconde guerre mondiale.

Mardi, le président de la Douma (chambre basse du Parlement) Sergueï Narychkine a de son côté affirmé qu'un "génocide" était à l'oeuvre en Ukraine, évoquant les dizaines de pro-russes morts dans un incendie provoqué lors d'affrontements avec des nationalistes ukrainiens à Odessa début mai.

- Défilé en Crimée -

Le point d'orgue des commémorations devrait être le défilé militaire en Crimée, péninsule du sud de l'Ukraine qui a rejoint en mars la Russie à l'issue d'un référendum controversé, non reconnu par la communauté internationale et tenu sous la protection de militaires russes.

Ce rattachement, survenu après l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes à Kiev, est à l'origine de la pire crise entre Russes et Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide, qui n'a depuis cessé de dégénérer avec l'extension de violents troubles à l'Est de l'Ukraine, désormais au bord de la guerre civile.

Selon certains médias russes, M. Poutine pourrait se rendre en Crimée pour ces célébrations, pour la première fois depuis son rattachement, après avoir assisté à la parade sur la Place Rouge. Interrogé par l'AFP, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a toutefois indiqué "ne pas savoir" si le président irait en Crimée à cette occasion. "Pour l'instant, ce qui est prévu est la participation du président à la parade à Moscou", s'est-il contenté de dire.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mardi qu'il serait "dommage qu'une telle journée soit utilisée dans un tel contexte de tensions pour organiser une parade" en Crimée et que le président russe y assiste.

Compliquant encore un peu plus les choses, le vice-Premier ministre, Dmitri Rogozine, un des responsables russes aux positions les plus offensives dans la crise ukrainienne, se rendra pour les célébrations en Transdniestrie, région séparatiste pro-russe de Moldavie, que Chisinau craint de voir suivre l'exemple de la Crimée.

Plus de 25 millions de Soviétiques sont morts lors de la Seconde guerre mondiale et la Russie, faisant perdurer une tradition de l'époque de l'URSS, célèbre la victoire sur le régime nazi comme un symbole du patriotisme.

M. Poutine a mis ces dernières années la célébration du patriotisme russe au centre de sa politique.

"La victoire sur le nazisme a été obtenue au prix de très nombreuses victimes et de dures épreuves", a déclaré mardi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. "Et nous ne devons laisser personne oublier ou manipuler à des fins politiques la contribution de notre peuple au sauvetage du monde des menaces d'asservissement fascistes", a-t-il ajouté.

En Ukraine, qui commémore aussi traditionnellement la victoire sur les Nazis, les célébrations seront en revanche discrètes, les autorités affirmant craindre des provocations à Kiev de la part de partisans pro-russes.

Une cérémonie aura lieu à la tombe du soldat inconnu et une "prière pour la paix" sera prononcée sur une des places de la capitale mais aucun défilé n'est prévu, a indiqué le chef de l'administration municipale Volodymyr Bondarenko.

gk-or-edy/lpt/ros

PLUS:hp