POLITIQUE

Commission Charbonneau: quand David Whissell se fait insistant

07/05/2014 05:54 EDT | Actualisé 07/05/2014 05:54 EDT
PC

Le nom de l'ancien député libéral David Whissell a de nouveau rebondi devant la commission Charbonneau. Mario Turcotte a expliqué que celui qui était alors l'adjoint parlementaire du premier ministre Jean Charest avait voulu se mêler de la façon dont la direction territoriale de Laurentides-Lanaudière du MTQ attribuait ses contrats d'asphalte.

Un texte de Bernard Leduc

Son ancien directeur, Mario Turcotte, a expliqué que lors d'une rencontre le 3 mai 2004, M. Whissell avait plaidé auprès de lui pour que, dorénavant, sa direction octroie désormais tous ses contrats lors d'appels d'offres, plutôt que sous mode de contrats tarifés. Selon le député libéral, le gouvernement économiserait ainsi de l'argent.

« Je sens qu'il me fait des pressions pour que j'aille toujours en appel d'offres », a expliqué à la commission M. Turcotte, qui, trouvant peu légitime cette façon de s'immiscer dans un processus qui relève du ministère des Transports du Québec, en réfère à ses supérieurs.

Selon M. Turcotte, M. Whissel, qui était alors aussi impliqué dans l'entreprise d'asphaltage ABC Rive-Nord, avait alors ses intérêts en tête. L'ex-directeur territorial croit que le député devait s'imaginer que son entreprise aurait davantage de chances d'avoir des contrats dans les Laurentides où Asphalte Desjardins régnait en maître, raflant l'essentiel des contrats tarifés octroyés par le MTQ.

« Il voulait s'assurer que la nouvelle usine puisse avoir accès au marché, c'est ce que je peux en comprendre. » — Mario Turcotte

Mardi, M. Turcotte avait affirmé qu'au début 2000, alors qu'il était encore dans l'opposition, M. Whissell avait voulu avoir copie de la programmation des travaux d'asphaltage de sa direction territoriale pour la région afin de voir si les circonscriptions péquistes étaient favorisées.

Et lundi, lors de son témoignage, Gilles Roussy, longtemps adjoint au sous-ministre des Transports, avait dit avoir été témoin d'un coup de fil de M. Whissel à M. Turcotte lors duquel le député dénonçait le résultat d'un appel d'offres. M. Turcotte lui-même n'en avait aucun souvenir.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref