NOUVELLES

Banane lancée sur Alves: Villarreal écope d'une amende de 12.000 euros

07/05/2014 09:21 EDT | Actualisé 07/07/2014 05:12 EDT

Le Villarreal a été condamné à 12.000 euros d'amende après le scandale mondial né du jet d'une banane par un supporteur raciste du club sur le défenseur du FC Barcelone Dani Alves, fin avril, a indiqué mercredi une source du club.

Le comité de compétition, l'organe disciplinaire de Fédération espagnole de football (RFEF), s'est limité à une sanction économique, sans fermeture du stade, malgré une précédente sanction due à un jet d'une bouteille de gaz lacrymogène en février qui avait provoqué l'évacuation du stade lors d'un match de championnat.

Le club avait alors écopé d'une amende de 6.000 euros et d'un match à huis-clos avec sursis.

Le comité "considère qu'il s'agit d'actes de natures différentes", a affirmé cette source.

De plus, l'organe a souligné "la décision ferme et louable du club d'interdire" à vie l'accès au stade à l'auteur du jet de banane sur Alves le 27 avril lors du match remporté par le FC Barcelone (2-3).

Dani Alves s'apprêtait à tirer un corner au stade Madrigal de Villarreal lorsqu'il a ramassé la banane qu'on venait de lui lancer, l'a épluchée et en a mangé un morceau avant de reprendre le jeu comme si de rien n'était.

Cette réaction pleine d'humour a enflammé les réseaux sociaux et entraîné de multiples manifestations de soutien, notamment de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, de l'attaquant vedette du Barça Neymar et du président de la Fédération internationale de football (Fifa) Joseph Blatter.

"Cela fait onze ans que je suis en Espagne et depuis onze ans c'est pareil", avait réagi Alves après le match.

Cet incident a été suivi d'un autre dimanche, lorsque le milieu sénégalais de Levante Pape Diop a esquissé quelques pas de danse après avoir entendu des cris de singe lancés par des supporteurs de l'Atletico Madrid, lors d'un match remporté 2-0 par son équipe lors de la 36e journée de championnat.

Face à ces incidents, l'UEFA a "fermement condamné" lundi les "récentes attitudes racistes de supporteurs en Espagne".

La ligue espagnole de football (LFP) a également exprimé "sa condamnation de tout acte discriminatoire, violent, xénophobe ou intolérant dans le sport".

Cette saison, d'autres joueurs, comme le défenseur brésilien du Betis Séville Paulao ou le latéral français de Grenade Allan Nyom, ont eu eux aussi à subir ce type de comportements dans les stades espagnols.

gr/ib/el

PLUS:hp